15/02/2015

VENDU ?

 dassault,rafale,vente,exportation,egypte

La vente du Rafale à l’Egypte a été bouclée en un temps record. Mais le client est-il solvable ? Depuis 2011, tous les indicateurs économiques de ce pays sont au rouge : croissance atone, chute des revenus du tourisme, recul des investissements étrangers, crise énergétique chronique, pauvreté (40 % de la population) et chômage élevés, dramatique spirale d’endettement (dette publique proche de 95 % du PIB en 2015) et de déficits, instabilité politique endémique… L’économie égyptienne ressemble à un gros paquebot à la dérive. Le naufrage est, pour l’instant, évité grâce au soutien financier du Conseil de coopération du Golfe ; ce sont près de vingt milliards qui sont venus des pétromonarchies (Arabie saoudite, Emirats arabes unis et Koweït). C’est donc un pays sous perfusion qui devra débourser cinq milliards d’euros environ, soit ce que rapporte annuellement le canal de Suez à l’Etat égyptien, pour satisfaire son rêve aérien. Heureusement pour Dassault, Le Caire va négocier un crédit auprès d’un pool de banques mené par le Crédit agricole, accompagné de la Société générale et BNP Paribas, même si ces dernières ont vendu leurs filiales égyptiennes en 2013. En outre, Paris a accepté de garantir la moitié de ce crédit bancaire, via la Coface. Comble d’ironie, cet organisme a attribué un C à l’Egypte, une évaluation sur une échelle de sept niveaux, A1, A2, A3, A4, B, C et D, dans l’ordre croissant du risque de défaut de paiement.* Notre cher Rafale n’a visiblement pas de prix…

 

* Coface

http://www.coface.fr/Etudes-economiques-et-risque-pays

08/02/2015

MARINE PRÉSIDENTE ?

marine-le-pen-64995419.jpg

Marine Le Pen est créditée, par des instituts de sondage, de 30 % des suffrages au premier tour de la présidentielle de 2017 mais échoue systématiquement au second, quel que soit le candidat face à elle. Bien évidemment, les sondages ne font pas les élections mais ils prouvent que le Front national ne fait pas l'unanimité dans notre pays, au contraire ! Pour accéder au pouvoir suprême, ce parti sulfureux, pour ne pas dire répulsif, doit donc miser sur une forte abstention, qui lui profite toujours indirectement, et une alliance avec la droite, aujourd'hui déchirée à son sujet.

06/02/2015

DOUBS : UN AVERTISSEMENT ?

fn,ump,doubs,élection législative partielle,ps,front national« Sévère avertissement pour l’UMP », titre Le Figaro suite à l’élection législative partielle dans le Doubs où la candidate du Front national est - sans surprise - arrivée en tête, suivie du concurrent socialiste au grand dam de la droite surprise d’être éliminée. Cette consultation, comme tous les scrutins intermédiaires, est marquée par une forte abstention. Elle révèle, cependant, qu’une frange de la droite, radicalisée, est aujourd’hui prête à se jeter dans les bras de l’extrême droite, d’où un FN prédit à 30 % par les sondages au premier tour de la prochaine élection présidentielle en 2017 mais, heureusement, battu au deuxième par n’importe quel candidat de gauche comme de droite.