14/05/2012

MINISTRE DE L’INTÉRIEUR : CÉLÉRITÉ, EFFICACITÉ, FIDÉLITÉ OU PARITÉ ?

« Policiers déprimés cherchent ministre à l’écoute », titre Le Monde dans son éditorial de vendredi 11 mai 2012. [1] En effet se pose la question de savoir qui sera prochainement nommé place Beauvau ? « A l'Intérieur, Manuel Valls, son directeur de la communication, tient la corde face à François Rebsamen, responsable du pôle sécurité de sa campagne. », notait récemment la journaliste Maud Pierron [2] ; nous nous sommes exprimés à ce sujet le 10 novembre dernier. [3] Cependant, pour la constitution de son gouvernement, François Hollande a promis « des choix de raison et non des choix de cœur ». [4] À titre personnel, je souhaiterais des choix d’efficacité. Or, le candidat qui m'apparaît le plus efficient au poste de ministre de place beauvau,ministère de l’intérieur,ministre de l’intérieur,françois hollande,2012,gouvernement,nomination,ps,parti socialiste,delphine batho,jean-jacques urvoas,françois rebsamen,manuel valls,prétendant,candidat,sécuritél’Intérieur est et demeure Jean-Jacques Urvoas. Lentement, patiemment, ce dernier a reconstruit sur les décombres après les échecs électoraux de 2002 et de 2007. Si le PS a désormais une doctrine à ce propos, s’il a aujourd’hui un programme en la matière, il le doit principalement au député du Finistère. Au vu du travail fourni, des réseaux établis, Jean-Jacques Urvoas paraît le plus compétent pour être nommé à ce poste [5], d’autant qu’il n’a aucune visée pour 2017… contrairement à Manuel Valls. [6] Le journaliste Serge Faubert décritplace beauvau,ministère de l’intérieur,ministre de l’intérieur,françois hollande,2012,gouvernement,nomination,ps,parti socialiste,delphine batho,jean-jacques urvoas,françois rebsamen,manuel valls,prétendant,candidat,sécurité cet ambitieux en ces termes : « S'il est une chose qu'on ne peut vraiment pas reprocher à Manuel Valls, c'est d'avoir varié dans son engagement politique. Il a toujours été classé à droite du Parti socialiste. […] À l'été 2009, la tension est à son comble. L'ancien rocardien multiplie les prises de position en faveur de la politique sécuritaire de...Nicolas Sarkozy. » [7] L’année suivante, répondant aux questions de Jean-Michel Aphatie sur les ondes de RTL, l’intéressé déclare pourtant qu’« En matière de sécurité, Nicolas Sarkozy n’est pas à la hauteur de sa fonction » [8], mieux qu’il a été « mauvais » ! [9] Le député-maire d’Evry souffre, néanmoins, d’un autre handicap : sa proximité avec le sulfureux Alain Bauer. D’ailleurs, le « conseiller spécial police » de Nicolas Sarkozy déclare à Frédéric Ploquin qu’« Il est vrai maintenant que si Manuel Valls était ministre de l’Intérieur, il ne serait sain ni pour lui, ni pour moi, que je sois en charge de l’outil qui produit de la statistique. Je ne me vois pas en train de présenter les chiffres de la délinquance avec un ministre qui est un ami de très longue date. » [10] Ses propos suite à sa triple démission conforte la conclusion d’un autre journaliste, Laurent Borredon : « Il s'agit, aussi, de ne pas encombrer son ami Manuel Valls, s'il venait à s'installer Place Beauvau ou même à Matignon (dont l'ONDRP dépend). » [11] ll y a des amitiés mortelles en politique… mais aussi de funestes souvenirs. Ainsi faut-il rappeler qu’en 2007, il n'était « pas concevable » pour Manuel Valls que François Hollande restâtplace beauvau,ministère de l’intérieur,ministre de l’intérieur,françois hollande,2012,gouvernement,nomination,ps,parti socialiste,delphine batho,jean-jacques urvoas,françois rebsamen,manuel valls,prétendant,candidat,sécurité Premier secrétaire jusqu'au congrès du PS en 2008. Il plaidait alors pour « une vraie collégialité » après les législatives.Selon lui, le PS était face à « une triple crise » : « crise de projet, crise de stratégieplace beauvau,ministère de l’intérieur,ministre de l’intérieur,françois hollande,2012,gouvernement,nomination,ps,parti socialiste,delphine batho,jean-jacques urvoas,françois rebsamen,manuel valls,prétendant,candidat,sécurité, d'alliance, mais aussi crise de leadership ». [12] La mémoire aidant, il est vraisemblable que François Hollande joue la carte de la fidélité pour ce poste stratégique, donc François Rebsamen, d’autant que celui-ci est sans doute plus au fait des us et coutumes du ministère de l'Intérieur où il a fait une partie de sa carrière. Néanmoins, le président de la République pourrait créer la surprise en nommant place Beauvau une femme, Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, une élue particulièrement active et travailleuse, alliant ainsi efficacité et parité. [13]

 



[1] « Policiers déprimés cherchent ministre à l’écoute » in Le Monde, éditorial du 11 mai 2012.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/05/10/policiers-deprimes-cherchent-ministre-a-l-ecoute_1699242_3224.html

 

[2] Maud Pierron, « Gouvernement : un casting compliqué pour François Hollande » in 20 Minutes, 7 mai 2012.

http://www.20minutes.fr/presidentielle/929725-gouvernement-casting-complique-francois-hollande

 

[3] Laurent Opsomer, « Et le prochain ministre de l’Intérieur sera… » in Double Neuf, 10 novembre 2011.

http://doubleneuf.nordblogs.com/archive/2011/11/10/et-le-prochain-ministre-de-l-interieur-sera.html

 

[4] Maud Pierron, « Election de François Hollande. Qui au gouvernement ? » in 20 Minutes, 6 mai 2012.

http://www.20minutes.fr/presidentielle/929449-election-francois-hollande-gouvernement

 

[5] Jean-Baptiste François, « Jean-Jacques Urvoas : "Débattre de la protection juridique des forces de l’ordre" » in La Croix, vendredi 11 mai 2012.

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Jean-Jacques-Urvoas-Debattre-de-la-protection-juridique-des-forces-de-l-ordre-_EG_-2012-05-10-804818

 

[6] François-Xavier Bourmaud, « Pour Lang, le PS n’est plus qu’un "arbre sec" » in Le Figaro, 30 juillet 2009.

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/07/21/01002-2009072...

« Nombreux sont ceux qui soupçonnent Manuel Valls de construire sa candidature à la présidentielle de 2017 en pariant sur l'effondrement du PS en 2012. Il enfonce d'ailleurs le clou ce mardi, dans une tribune intitulée "Changer ou mourir : le dilemme de la gauche française", publiée dans le Financial Times. »

 

Sylvain Rakotoarison, « Manuel Valls : objectif 2017 pour le plus lisse des jeunes lions » in AgoraVox, mardi 9 août 2011.

http://mobile.agoravox.fr/actualites/politique/article/ma...

 

[7] Serge Faubert, « Qui est Manuel Valls, l’homme qui monte à gauche ? » in Le Dépêche du Midi, 9 mai 2012.

http://www.ladepeche.fr/article/2012/05/10/1349213-qui-est-manuel-valls-l-homme-qui-monte-a-gauche.html

 

[8] « Manuel Valls : "En matière de sécurité, Nicolas Sarkozy n’est pas à la hauteur" » in RTL, 23 août 2010.

http://www.rtl.fr/actualites/politique/article/manuel-valls-en-matiere-de-securite-nicolas-sarkozy-n-est-pas-a-la-hauteur-de-sa-fonction-5948765377

 

[9] « Manuel Valls trouve que Sarkozy a été "mauvais" » in Le Nouvel Observateur, 30 mars 2012.

http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20120330.OBS5044/en-direct-pecresse-le-ps-prepare-un-choc-fiscal-de-81-milliards.html

 

[10] Frédéric Ploquin, « Sarkozy, Valls et la Place Beauvau : les confidences d’Alain Bauer » in Secret Police, 12 mai 2012.

http://www.marianne2.fr/fredericploquin/Sarkozy-Valls-et-...

 

[11] Laurent Borredon, « Place Beauvau, année zéro – Episode 2 (De nouveaux espoirs) » in Vu de l’intérieur, 10 mai 2012.

http://delinquance.blog.lemonde.fr/2012/05/10/place-beauvau-annee-zero-episode-2-de-nouveaux-espoirs/

 

[12] « Valls réclame le départ prochain de Hollande » in Le Nouvel Observateur, 13 juin 2007.

http://tempsreel.nouvelobs.com/elections-2007/20070613.OBS1635/valls-reclame-le-departprochain-de-hollande.html

 

[13] Renaud Czarnes, « Futur gouvernement : le casse-tête de la parité » in Les Echos, 9 mai 2012.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/dossi...

07/05/2012

DE DEUX MAUX, IL FAUT CHOISIR LE MOINDRE

 2012,élections présidentielles,françois hollande,ps,parti socialiste,victoire,président de la république,gauche

« De deux maux il faut choisir le moindre » (Socrate), tel est l’enseignement de cette élection présidentielle, qui s’achève par des scores relativement serrés, plus serrés qu’en 2007. Après l’éphémère euphorie politique s’imposera invariablement la dure réalité économique. La tâche est, en effet, immense pour le nouveau président de la République : alors que les espoirs et les angoisses sont innombrables, il va falloir réunir notre pays, cette France plurielle, pour faire face aux défis auxquels elle est confrontée.

06/05/2012

FIN

fin Sarkozy.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=a-Aw1jEYI4w