22/02/2014

UKRAINE : L’HUMANITÉ REJOINT LE FIGARO

Ukraine le choc Est Ouest lefigaro-cover.jpg

Dans le sanglant tumulte de la tragédie ukrainienne, une information est passée inaperçue dans le maelström médiatique. Pourtant, deux grands quotidiens nationaux que tout oppose dénoncent d’une même voix l’irruption de l’extrême droite dans l’insurrection en cours. Fin janvier, Le Figaro s’interrogeait sur « Le rôle de l’extrême droite dans la révolte ukrainienne », affirmant qu’« Une partie des manifestants de Kiev rejettent l'Europe et appellent à une révolution nationaliste. » (1) Une assertion que l’on retrouve aujourd’hui dans les colonnes de L’humanité : « La situation insurrectionnelle que traverse l’Ukraine est due à l’apparition de nombreux mouvements d’extrême droite. » (2) Ces journaux centenaires désignent comme responsables des troubles « le parti Svoboda, à la réputation sulfureuse et largement engagé dans la lutte antigouvernementale », lui-même désormais « contesté par des groupes néonazis encore plus radicaux, dont Pravyi Sektor (Secteur droit), qui regroupe les membres d’organisations ultranationalistes telles que Patriotes d’Ukraine, Trizouba, l’UNA-Unso. »

« On est bien loin des manifestants pacifiques décrits par la presse », conclue le journal de Jean Jaurès, mais des « courants xénophobes, antisémites et russophobes », qui, « à la différence des autres manifestants, ne souhaitent pas voir leur pays se rapprocher de l'Union européenne, qu'ils perçoivent comme "l'oppresseur des nations". Ce qu'ils souhaitent? Une révolution nationaliste », d’après l’organe de presse de Serge Dassault. Ce dernier précise, néanmoins, que « De l'avis des observateurs, les membres du Praviy Sektor ne sont pas majoritaires sur la place de l'Indépendance, où se concentre la contestation à Kiev. Mais le style de ses membres et leurs symboles sont nettement visibles et difficilement assimilables à un mouvement pro-Union européenne. » Par conséquent, au-delà de la légitime émotion occidentale face à la brutalité de la répression policière (3), cette « menace extrémiste » (4) permet de comprendre la prudence européenne face à la révolution ukrainienne. (5) Cela étant dit, « Pendant que l’Ukraine se déchire, le Venezuela sombre lui aussi dans la violence. » (6) 

Ukraine arme.jpg

Simon Gourmellet, « Ukraine : nationalistes et anarchistes, l’autre visage de la révolte » in Francetvinfo, 25 janvier 2014.

http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/ukraine-nationaliste-et-anarchiste-l-autre-visage-de-la-revolte_512985.html

Ukraine Fusil_scalewidth_460.jpghttp://www.europe1.fr/International/Ukraine-le-ton-monte-apres-le-bain-de-sang-1806927/

 

(1) Julien Licourt, « Le rôle de l’extrême droite dans la révolte ukrainienne » in Le Figaro, 28 janvier 2014.

http://www.lefigaro.fr/international/2014/01/28/01003-20140128ARTFIG00369-le-role-de-l-extreme-droite-dans-la-revolte-ukrainienne.php

 

(2) V.K., « Ukraine : le parti Svoboda est fasciste » in L’Humanité, 20 février 2014.

http://www.humanite.fr/monde/ukraine-le-parti-svoboda-est-fasciste-559608

 

(3) Dans une interview accordée au journal Libération, Georges Mink, directeur de recherches émérite au CNRS, spécialiste de l’Europe centrale, évoque parmi les scénarii possibles que « Poutine peut aussi envoyer en Ukraine des soldats russes sous uniforme ukrainien ».

 

Cordélia Bonal, « George Mink : "L’Ukraine est entrée en guerre civile" » in Libération, 20 février 2014.

http://www.liberation.fr/monde/2014/02/20/l-ukraine-est-entree-en-guerre-civile_981694

 

Et si des policiers russes agissaient déjà au sein des berkhouts, les forces spéciales ukrainiennes ? La Russie n’est-elle pas confrontée à une violence policière endémique ? La police russe n’use-t-elle pas de méthodes musclées pour réprimer les manifestations à Moscou ou ailleurs ?

 

Pierre Avril, « La Russie confrontée à une violence policière endémique » in Le Figaro, 27 mars 2012.

http://www.lefigaro.fr/international/2012/03/27/01003-20120327ARTFIG00528-la-russie-confrontee-a-une-violence-policiere-endemique.php

 

Finalement, cette question de l’infiltration russe est-elle si incongrue ? À en croire le chef de la diplomatie polonaise,si l'opposition avait refusé l'accord proposé par Viktor Ianoukovitch, celui-ci était prêt à user de la force, preuve qu’il est convaincu d’avoir le soutien de Moscou. En outre, selon le ministre polonais des Affaires étrangères, la diplomatie russe a joué un rôle-clé dans la construction d'un accord avec la présidence ukrainienne.

 

Ci-dessous témoignage de Sergueï Koussiouk, colonel de police et commandant des forces spéciales de Kiev, au mois de décembre 2013 :

 

Olga Negoda (traduit par Julia Breen), « La place de l’Indépendance à Kiev dans les yeux des forces spéciales » in Le Courrier de Russie, jeudi 19 décembre 2013.

http://www.lecourrierderussie.com/2013/12/independance-kiev-forces-speciales/

 

(4) Armin Arefi, « Ukraine : la menace extrémiste » in Le Point, 21 février 2014.

http://www.lepoint.fr/monde/ukraine-la-menace-extremiste-21-02-2014-1794699_24.php

 

(5) Yann Merlin avec Jérôme Guillas, « Ukraine. Andriy Parubiy : "Nous sommes là pour la révolution" » in Metronews, 19 février 2014.

http://www.metronews.fr/info/ukraine-andriy-parubiy-nous-sommes-la-pour-la-revolution/mnbs!cSw0WJ6VjTN8/

 

Nicolas Vanel, « Violentes manifestations dans l’ouest de l’Ukraine » in Metronews avec AFP, 19 février 2014.

http://www.metronews.fr/info/violentes-manifestations-dans-l-ouest-de-l-ukraine/mnbs!RyQBODL5JA6Bc/

 

(6) Virginie Le Borgne, « Crise au Venezuela : vers un autre Kiev ? » in Metronews, 20 février 2014.

http://www.metronews.fr/info/crise-au-venezuela-vers-un-autre-kiev/mnbt!UtTd4eK1Bag6/

Ukraine Morts pour l'Europe liberation-cover-23-01-14.jpg

05/02/2014

FRANCE : UNE NATION DÉPRESSIVE

France, déclin, ruine, avenir, futur

La France est une nation dépressive, qui oublie ses atouts. Bousculée par l’évolution mondiale, elle doute de ses capacités et noircit son avenir. (1) Apeurée, elle souhaite s’enfermer pour s’isoler de l’étranger dont elle se défie, multipliant les fantasmes à son sujet. Mélancolique, elle idéalise le passé (« c’était mieux avant... ») où se reflète sa jeunesse à jamais perdue. Si aucun politique ne trouve grâce à ses yeux, cette impatiente veut pourtant être écoutée tout en étant prête à se donner au premier venu par désespoir, au risque d’y perdre son âme. Il est vrai qu’elle a cumulé les déconvenues amoureuses, les infortunes conjugales en se jetant dans les bras de bonimenteurs, que ce soit ceux d’un aimable plaisantin qui l’a trompée ou ceux d’un agité qui l’a ruinée. En résumé, cette éternelle insatisfaite ne sait plus à quel saint se vouer mais rêve (encore) au prince charmant.

 

(1) Daniel Fortin, « Le scénario noir de la France en 2040 » in Les Echos, 31 janvier 2014.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/regions/idf/0203278701537-le-scenario-noir-de-la-france-en-2040-646874.php

« Dans cet ouvrage de fiction, Nicolas Baverez pousse à l'extrême sa vision pessimiste de l'avenir de notre pays. »

26/01/2014

HOLLANDE : UN PACTE D’IRRESPONSABILITÉ ?

La porte du bonheur est une porte étroite

On m'affirme aujourd'hui que c'est la porte à droite

Qu'il ne faut plus rêver et qu'il est opportun

D'oublier nos folies d'avant quatre-vingt-un

 

Qui se souvient de cette chanson de Jean Ferrat, La porte à droite ? (1) 

Valls A droite toute Politis.png

En 2012, le candidat François Hollande promettait le changement. Aujourd’hui, le président François Hollande fait sa révolution... en consolidant l’œuvre de son prédécesseur « mais avec une ambition immense : réussir là où Nicolas Sarkozy a échoué. ll veut stopper la gangrène du chômage et aussi redresser le pays, lui rendre sa fierté, lui redonner toute sa place dans les affaires du monde. Il se prend pour de Gaulle. » (2) Cependant, nos compatriotes ne s’y trompent pas. Le récent sondage Ifop réalisé pour Sud-Ouest Dimanche indique que 74 % des Français ne font pas confiance à François Hollande et à son gouvernement pour réaliser des économies importantes sur les dépenses publiques et que la même proportion, 73 %, n’a pas confiance dans les entreprises pour créer plusieurs centaines de milliers d’emplois en échange de cette baisse de leurs charges. (3) Une tendance confirmée par Le Parisien qui a posé, le 21 janvier dernier, à ses lecteurs la question suivante : « Croyez-vous à l’efficacité de la baisse des charges pour créer des emplois ? » Avec 11 310 votants, la réponse est négative à 75,6 % ! (4)

 

Face à la défiance populaire, François Hollande a prévenu qu'il exigerait des contreparties « mesurables » aux allègements de charges promis aux entreprises, sans toutefois chiffrer les créations d'emploi attendues. Le président de la République s'est en vérité contenté d'un discours de principes à propos des fameuses contreparties, laissant aux partenaires sociaux le soin de les arrêter dans le détail. Bref, il veut des contreparties « précises » mais sans les préciser... (5) 

Hollande droite.jpg

L'estimation de 50 milliards est pour 2015 à 2017, soit 3 ans. Le Point souligne les propos présidentiels : « Entre 2015 et 2017, nous devrons dégager au moins 50 milliards de plus d'économies, a fait valoir François Hollande dans son discours introductif, avant de préciser que ces économies atteindraient 18 milliards en 2015 ainsi qu'en 2016, puis 17 milliards en 2017. Mais depuis, l'Élysée a reconnu que le président s'est trompé dans les chiffres. Et précise que l'effort se un peu moins important la dernière année, soit 50 milliards au total. » (6)

 

Notons également que les suppressions de cotisations familiales pour les entreprises seront reconduites chaque année. Par conséquent, les 10 milliards qu'elles représenteront seront bien annuels, et non sur la durée de vie de l'emploi ! Pour le CICE, la somme de 20 milliards annoncée est aussi annuelle, même si le dispositif est censé prendre fin en 2015 ; des discussions avec les partenaires sociaux permettront - ou pas - de le renouveler. En cas de renouvellement du CICE, il y aura donc bien un allègement de 30 milliards annuels (20 milliards imputables au crédit d'impôt, plus 10 milliards de cotisations) ! (7)

 

La baisse de 5,4 % des cotisations familiales entraîne une baisse d'environ 1 à 2 % des coûts totaux supportés par une entreprise. Il est évident que cela ne peut être suffisant pour les inciter à embaucher, surtout si la croissance reste faible (0,6 % en 2014 d'après les prévisions). Or, une entreprise n'embauche que si elle veut augmenter sa production pour vendre plus. Si la production n'augmente que de 0,6 %, elle n'embauchera évidemment pas et n'investira pas. Dès lors, où ira ce cadeau fiscal ? Dans les poches des actionnaires ou autres propriétaires des entreprises...

 

C'est pourquoi le Medef jubile ! Même l'UMP n'était pas allé aussi loin dans les cadeaux au patronat ! En plus, le coût est supporté par les ménages : hausse de la TVA et réduction des dépenses de l'Etat, donc des services publics. Ainsi, ne s’interroge-t-on pas déjà sur l’assurance-chômage ? (8) Ceci n’empêche pourtant pas le Medef de surenchérir puisqu’il réclame dorénavant 100 milliards ! (9)

 

Le coût est donc bien exorbitant pour une réussite bien incertaine ; aucune garantie d'embauche n’a été prise par le patronat. Si le patron du Medef, Pierre Gattaz,  se targue d'avoir largement contribué à l'annonce de François Hollande concernant le pacte de responsabilité, il a par ailleurs refusé de s’engager sur la création d’un million d’emplois en cinq ans dans le cadre de ce même pacte de responsabilité. (9) Même son de cloche de la part de Jean Roubaud, le président de la CGPME, qui souligne que « Malheureusement, il n'y a pas de relation directe entre la baisse de charges et la création d'emplois ». (11)

En résumé, le patronat est d’accord pour les 50 milliards, mais sans contrepartie. Au moins, on est déjà prévenu ! Finalement, ce pacte de responsabilité ne serait-il pas en réalité un pacte d’irresponsabilité ?

 

 

(1) Jean Ferrat, La porte à droite.

http://www.youtube.com/watch?v=VEFe6XB3zHM

 

(2) Françoise Fressoz, « Hollande a fait sa révolution », 14 janvier 2014.

http://fressoz.blog.lemonde.fr/2014/01/14/la-revolution-de-francois-hollande/

 

(3) « Les Français et le pacte de responsabilité » in Sud-Ouest avec Ifop, 20 janvier 2014.

http://www.ifop.com/?option=com_publication&type=poll&id=2469

 

(4) « Croyez-vous à l’efficacité de la baisse des charges pour créer de l’emploi ? » in Le Parisien, 21 janvier 2014.

http://www.leparisien.fr/economie/croyez-vous-a-l-efficacite-de-la-baisse-des-charges-pour-creer-de-l-emploi-21-01-2014-3512701.php

 

(5) « Pacte de responsabilité : Hollande précise les contreparties des entreprises » in Le Point avec AFP, 21 janvier 2014.

http://www.lepoint.fr/economie/pacte-de-responsabilite-et-maintenant-les-details-21-01-2014-1782575_28.php

 

(6) « Le financement très flou du "pacte de responsabilité" de Hollande" in Le Point, 15 janvier 2014.

http://www.lepoint.fr/economie/le-financement-tres-flou-du-pacte-de-responsabilite-de-hollande-15-01-2014-1780672_28.php

 

(7) Laurent Grzybowski,  « Suppression des cotisations familiales, qu'est-ce que ça change ? » in La Vie, 16 janvier 2014.

http://www.lavie.fr/actualite/economie/suppression-des-cotisations-familiales-qu-est-ce-que-ca-change-16-01-2014-48766_6.php

 

(8) Jean-Baptiste Chastand, « Assurance-chômage : les droits des chômeurs vont-ils diminuer ? » in Le Monde, 16 janvier 2014.

http://www.lemonde.fr/emploi/article/2014/01/16/assurance-chomage-les-trois-enjeux-d-une-negociation-sensible_4349036_1698637.html

 

(9) Patrick Coquidé, « Gattaz réclame 100 milliards de baisse de prélèvements » in BFM-TV,

http://www.bfmtv.com/economie/gattaz-reclame-100-milliards-baisse-prelevements-677788.html

 

Marc Vignaud, « Pacte de responsabilité : le Medef met la pression sur l’exécutif » in Le Point, 13 janvier 2014.

http://www.lepoint.fr/economie/pacte-de-responsabilite-le-medef-met-la-pression-sur-l-executif-13-01-2014-1779834_28.php

 

(10) « Pacte de responsabilité : le Medef ne s’engage pas sur le million d’emplois » in L’Entreprise avec AFP, 17 janvier 2014).

http://lentreprise.lexpress.fr/impots-taxes-entreprise/pacte-de-responsabilite-le-medef-ne-s-engagera-pas-sur-le-million-d-emploi_45366.html

 

(11) « Pacte de responsabilité : le patronat partagé, les syndicats aussi... » in Le Parisien, 21 janvier 2014.

http://www.leparisien.fr/politique/pacte-de-responsabilite-les-syndicats-partages-21-01-2014-3515313.php