06/10/2013

JE M’VOYAIS DÉJÀ...

manuel valls,elysée,élections présidentielles,anne gravoin,président de la république

Christelle Bertrand et Sébastien Catroux, « Anne Gravoin et Manuel Valls : l’Elysée, ils s’y voient déjà » in VSD n°1883 du 3 au 9 octobre 2013.

http://www.vsd.fr/contenu-editorial/l-actualite/les-indiscrets/2287-anne-gravoin-et-manuel-valls-l-elysee-ils-s-y-voient-deja

 

Ce panégyrique de VSD évoque cette chanson de Charles Aznavour :

http://www.youtube.com/watch?v=wU8e3pCYunc

 

Je m´voyais déjà en haut de l´affiche

En dix fois plus gros que n´importe qui mon nom s´étalait

Je m´voyais déjà adulé et riche

Signant mes photos aux admirateurs qui se bousculaient


J´étais le plus grand des grands fantaisistes

Faisant un succès si fort que les gens m´acclamaient debout

Je m´voyais déjà cherchant dans ma liste

Celle qui le soir pourrait par faveur se pendre à mon cou


Mes traits ont vieilli, bien sûr, sous mon maquillage

Mais la voix est là, le geste est précis et j´ai du ressort

Mon cœur s´est aigri un peu en prenant de l´âge

Mais j´ai des idées, j´connais mon métier et j´y crois encor

 

Pour les ambitions de Manuel Valls en matière de sécurité, consultez l’article suivant :

http://doubleneuf.nordblogs.com/archive/2013/09/10/securite-valls-a-mi-temps-455851.html

 

Cette réalité n’empêche nullement certains parlementaires socialistes de vanter l’action du locataire de la place Beauvau, tels Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère et président de la commission des lois de l’Assemblée nationale, qui déclame ce dithyrambe dans les colonnes de La Croix : « Manuel Valls est un atout pour la gauche. Il incarne l’autorité et l’assume. Il vit la politique comme un champ de bataille et le pouvoir comme un donjon qu’il faut prendre. Il peut arriver que ses mots soient ciselés comme des arbalètes et que toute émission de télévision soit un feu grégeois. Je suis fier de lui et je ne suis pas le seul puisqu’il sera un ministre très sollicité pour les élections. »¹D’ailleurs, Manuel Valls profite pleinement de l’affaiblissement de François Hollande, qui soutient, néanmoins, envers et contre tout, son ministre.² La « Vallsmania » continue donc, d’autant que le ministre de l’Intérieur bénéficie d’une popularité exceptionnelle selon un récent sondage BVA pour Le Parisien/Aujourd’hui en France puisque 71 % des Français ont une bonne opinion de Manuel Valls (contre seulement 26 % en ayant une mauvaise opinion), mieux il est presque aussi populaire à droite qu’à gauche (respectivement 69 % et 73 % de « bonnes opinions »).³

 

¹ « Jean-Jacques Urvoas : "Manuel Valls est un atout pour la gauche" » in La Croix, 3 octobre 2013.

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Jean-Jacques-Urvoas-Manuel-Valls-est-un-atout-pour-la-gauche-2013-10-04-1032440

C’est vraisemblablement son caractère breton qui amène ce parlementaire à cette audacieuse comparaison entre Manuel Valls et Bertrand Du Guesclin. Reste à savoir si le premier demeurera fidèlement au service de François Hollande comme le second le fut à celui du roi Charles V.

 

² David Revault d’Allonnes, « Manuel Valls profite de l’affaiblissement de François Hollande » in Le Monde, 3 octobre 2013.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/03/manuel-valls-profite-de-l-affaiblissement-de-francois-hollande_3489032_823448.html

 

Maud Vergnol, « François Hollande absout Valls » in L’Humanité, 3 octobre 2013.

http://www.humanite.fr/politique/francois-hollande-absout-valls-550275

 

³ BVA Sondages : Manuel Valls

http://www.bva.fr/fr/sondages/_la_personnalite_de_la_semaine/la_personnalite_de_la_semaine_manuel_valls.html

15/05/2012

UNE PAGE SE TOURNE

UNE PAGE SE TOURNE.jpg

07/05/2012

DE DEUX MAUX, IL FAUT CHOISIR LE MOINDRE

 2012,élections présidentielles,françois hollande,ps,parti socialiste,victoire,président de la république,gauche

« De deux maux il faut choisir le moindre » (Socrate), tel est l’enseignement de cette élection présidentielle, qui s’achève par des scores relativement serrés, plus serrés qu’en 2007. Après l’éphémère euphorie politique s’imposera invariablement la dure réalité économique. La tâche est, en effet, immense pour le nouveau président de la République : alors que les espoirs et les angoisses sont innombrables, il va falloir réunir notre pays, cette France plurielle, pour faire face aux défis auxquels elle est confrontée.