20/04/2017

POURQUOI MACRON

Cet article a été publié partiellement dans les colonnes du magazine Marianne (n°1036 du 3 au 9 février 2017) sous le titre (non choisi) "Macron, roi du poker" .

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, François Fillon, Marine Le Pen, En Marche, Les Républicains, LR, FN, Front national, PS, parti socialiste, élections présidentielles 2017, Marianne, magazine, hebdomadaire

Marianne attaque Macron de front, tant sur la forme que sur le fond (n°1033 du 13 au 19 janvier 2017 en illustration). Qu’Emmanuel Macron soit un social-libéral, c’est entendu. Cependant, dans le contexte français actuel, marqué par la tripartition de l’espace politique, il est le seul aujourd’hui à pouvoir faire barrage au duo infernal Fillon/Le Pen. En effet, aucun des bretteurs de la primaire du PS n’est en mesure de figurer au second tour des présidentielles ; tous sont devancés par Jean-Luc Mélenchon ! Même dans l’hypothèse – hautement improbable – d’un candidat socialiste en finale, ce dernier est systématiquement battu en raison de la porosité entre les électorats de droite et d’extrême-droite.

Face à ce « jeu de dupes », je me refuse de jouer Marine Le Pen contre François Fillon, comme le suggère Gabriel Amalfi d’Aix-en-Provence dans le courrier des lecteurs (Marianne n°1028 du 9 au 15 décembre 2016, page 48). Pour conjurer cette catastrophe politique, je vais tenter un coup de poker dès le premier tour en votant en faveur d’Emmanuel Macron, seul capable d’attirer sur son nom les électeurs centristes et les indécis. Emmanuel Macron n’est pas le sauveur de la gauche mais la solution pour contrer les ambitions présidentielles du candidat des riches, François Fillon, que seule une candidature socialiste peut sauver de la déroute… en plombant celle de Macron.

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, François Fillon, Marine Le Pen, En Marche, Les Républicains, LR, FN, Front national, PS, parti socialiste, élections présidentielles 2017, Marianne, magazine, hebdomadaire

09/04/2012

DANGER DE SUBMERSION

vague,front de gauche,jean-luc mélenchon,union pour un mouvement populaire,ump,nicolas sarkozy,fn,front national,marine le pen,élections présidentielles,2012

vague,front de gauche,jean-luc mélenchon,union pour un mouvement populaire,ump,nicolas sarkozy,fn,front national,marine le pen,élections présidentielles,2012vague,front de gauche,jean-luc mélenchon,union pour un mouvement populaire,ump,nicolas sarkozy,fn,front national,marine le pen,élections présidentielles,2012La vague est à la mode ! L’Humanité Dimanche (05/04) affiche ainsi en première page « Front de gauche : la vague ! » tandis que Le Journal du Dimanche (08/04) titre en Une « Nicolas Sarkozy : "Je sens monter la vague" », sans oublier « La vague bleu marine » du Front national. Bref, tous l’annoncent mais personne ne sait s’ils seront portés ou submergés par celle-ci…

 

08/04/2012

L'APPEL DU PIED DE SARKOZY AUX ÉLECTEURS DU FN ET DU MODEM

élections présidentielles 2012 UMP Sarkozy Le dernier combat lepoint-cover.jpgEn meeting vendredi à Caen (Calvados), Nicolas Sarkozy a lancé un appel aux électeurs du Front national, dont il dit comprendre « la souffrance », ajoutant que« chaque vote FN profitera à la gauche » (sic)  [1], et à ceux du MoDem, leur demandant ce qu'ils ont « en commun avec Jean-Luc Mélenchon,avec ceux qui prônent la haine, le déficit, qui nient toutes les réalités de la vie ? » (re-sic). [2] Nicolas Sarkozy et François Bayrou se sont pourtant soigneusement évités à Caen. [3] Mais le fait que Nicolas Sarkozy ait appelé pour la première fois les électeurs de l’extrême droite et du centre au vote utile montre l’angoisse qui étreint la droite à l’approche du premier tour de la présidentielle. Cependant, outre le fait que ni Marine Le Pen, ni Français Bayrou ne sont propriétaires de leurs électeurs, une question s’impose en écho : qu’est-ce qu’un électeur centriste peut avoir en commun avec un électeur frontiste ? La réponse est simple : le rejet du président sortant, donc du candidat de l’UMP (Union pour un Mouvement Populaire), dont l’impopularité atteint des sommets en raison d’un bilan calamiteux (déficit abyssal, chômage exponentiel, népotisme avéré, inefficacité démontrée, stigmatisations multipliées, etc.). 

LE PARISIEN FN MODEM.jpg


[1] « Chaque vote FN profitera à la gauche » ? Cette mise en garde du président sortant, réitérée le lendemain à Saint-Raphaël dans le Var, est non seulement absurde mais à double tranchant. Suivant la logique du candidat UMP, il faudrait alors considérer que chaque voix au Front de gauche bénéficierait à la droite ! On admire la cohérence du raisonnement… même si le parti présidentiel flatte hypocritement Jean-Luc Mélenchon ces derniers temps, comme le soulignait Le Journal du Dimanche la semaine dernière*, avec l’espoir de pousser les électeurs centristes à se rapprocher du candidat de l’UMP. Par contre, il est certain que l’abstention favorise la droite puisque celle-ci concerne davantage un électorat jeune et populaire, ce qui pénalise invariablement la gauche, d’où la campagne de porte-à-porte lancée par le PS.

*Anne-Charlotte Dusseaulx, « Quand l’UMP flatte Mélenchon » in Le JDD, 2 avril 2012.

http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Jean-Luc-Melenchon-cajole-par-l-UMP-499516/

 

[2] « Sarkozy lance un appel aux électeurs de Le Pen et Bayrou » in Ouest-France, samedi 7 avril 2012.

http://presidentielle2012.ouest-france.fr/actualite/nicolas-sarkozy-lance-un-appel-aux-electeurs-du-fn-et-de-bayrou-07-04-2012-860

 

« Sarkozy met en garde contre le FN et raille les leçons de morale du PS » in Le Point avec AFP, 7 avril 2012.

http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/sarkozy-met-en-garde-contre-le-fn-et-raille-les-lecons-de-morale-du-ps-07-04-2012-1449375_324.php

 

[3] Frédéric Gerschel, « Chassé-croisé entre Sarkozy et Bayrou » in Le Parisien, 7 avril 2012.

http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/chasse-croise-entre-sarkozy-et-bayrou-07-04-2012-1944113.php