20/04/2017

POURQUOI MACRON

Cet article a été publié partiellement dans les colonnes du magazine Marianne (n°1036 du 3 au 9 février 2017) sous le titre (non choisi) "Macron, roi du poker" .

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, François Fillon, Marine Le Pen, En Marche, Les Républicains, LR, FN, Front national, PS, parti socialiste, élections présidentielles 2017, Marianne, magazine, hebdomadaire

Marianne attaque Macron de front, tant sur la forme que sur le fond (n°1033 du 13 au 19 janvier 2017 en illustration). Qu’Emmanuel Macron soit un social-libéral, c’est entendu. Cependant, dans le contexte français actuel, marqué par la tripartition de l’espace politique, il est le seul aujourd’hui à pouvoir faire barrage au duo infernal Fillon/Le Pen. En effet, aucun des bretteurs de la primaire du PS n’est en mesure de figurer au second tour des présidentielles ; tous sont devancés par Jean-Luc Mélenchon ! Même dans l’hypothèse – hautement improbable – d’un candidat socialiste en finale, ce dernier est systématiquement battu en raison de la porosité entre les électorats de droite et d’extrême-droite.

Face à ce « jeu de dupes », je me refuse de jouer Marine Le Pen contre François Fillon, comme le suggère Gabriel Amalfi d’Aix-en-Provence dans le courrier des lecteurs (Marianne n°1028 du 9 au 15 décembre 2016, page 48). Pour conjurer cette catastrophe politique, je vais tenter un coup de poker dès le premier tour en votant en faveur d’Emmanuel Macron, seul capable d’attirer sur son nom les électeurs centristes et les indécis. Emmanuel Macron n’est pas le sauveur de la gauche mais la solution pour contrer les ambitions présidentielles du candidat des riches, François Fillon, que seule une candidature socialiste peut sauver de la déroute… en plombant celle de Macron.

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, François Fillon, Marine Le Pen, En Marche, Les Républicains, LR, FN, Front national, PS, parti socialiste, élections présidentielles 2017, Marianne, magazine, hebdomadaire

26/12/2016

2017 : L’HORREUR PRÉSIDENTIELLE

La configuration tripartite du paysage politique français rend impossible la victoire d’un candidat de gauche aux prochaines élections présidentielles, le report de voix lui étant défavorable au second tour. Pourtant, l’électeur de gauche sera la clé de celles-ci. En effet, il devra vraisemblablement départager Marine Le Pen et François Fillon le 7 mai 2017, donc choisir entre un programme xénophobe au relent national-socialiste et un programme ultra-libéral aux accents néoconservateurs… ou s’abstenir.

Le cri.jpg

01/04/2012

THINK TANKS : BOÎTES À IDÉES ET… POMPES À FRIC ?

think tank,ifrap,lobby,boîte à idées,bernard zimmern,françois fillon,ump,droite,ps,gauche,niche fiscale,fondation,don

think tank,ifrap,lobby,boîte à idées,bernard zimmern,françois fillon,ump,droite,ps,gauche,niche fiscale,fondation,don« Les think tanks sont transparents sur leur financement […]. Mais sont-ils si indépendants qu’ils le prétendent ? », s’interroge La Voix du Nord. [1] Il est, en effet, opportun de s’intéresser aux relations incestueuses entre ces derniers et nos gouvernants. [2] Prenons l’exemple de l’iFRAP (Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques), un organisme libéral officiellement indépendant puisque financé essentiellement par des dons de personnes physiques. [3] Or, celui-ci s’est vu reconnaître le statut de fondation d’utilité publique par décret du Premier ministre en date du 17 novembre 2009. Cette décision de François Fillon permet à ses généreux donateurs à la fois de bénéficier de réductions fiscales et de promouvoir leurs idées auprès du pouvoir. Ainsi, Bernard Zimmern, président d'honneur de l’iFRAP, considère diversement qu’il faut supprimer le statut des fonctionnaires ou que « Le social en particulier doit revenir à ses origines, la générosité privée. Car on ne fait pas la charité avec l’argent des autres mais avec le sien propre »[4], ignorant ainsi superbement les valeurs républicaines que résume notre devise nationale. Mais n’est-il pas déjà paradoxal pour une organisation dont le credo est la dénonciation du gaspillage public de devenir, en raison de son statut de fondation, une niche fiscale ? Or, « rappelons-le : les niches fiscales… ce sont, par définition, des impôts ! »[5]


[1] M. Del et D. D’Haenens, « Think Tanks : un financement qui pose question » in La Voix du Nord, samedi 31 mars 2012.

http://www.lavoixdunord.fr/Election-presidentielle-2012/2012/03/31/article_un-financement-qui-pose-question.shtml

 

[2] Matthieu Delcroix, « Think Tanks, les boîtes à idées des candidats à la présidentielle » in La Voix du Nord, samedi 31 mars 2012.

http://www.lavoixdunord.fr/Election-presidentielle-2012/2012/03/31/article_think-tanks-les-boites-a-idees-des-candi.shtml

 

« L’influence des think tanks » in Blog 75, mardi 17 janvier 2012.

http://monblog75.blogspot.fr/2012/01/billets-linfluence-des-think-tanks.html

 

[3] « Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques » in Wikipédia.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_fran%C3%A7ais_pour_la_recherche_sur_les_administrations_et_les_politiques_publiques

 

[4] Bernard Zimmern, « L’iFRAP reconnu fondation d’utilité publique » in iFRAP, 10 décembre 2009.

http://www.ifrap.org/L-iFRAP-reconnu-fondation-d-utilite-publique,11444.html

 

[5] Philippe François, « Les niches fiscales sont, par définition, des impôts » in iFRAP, 10 mai 2011.

http://www.ifrap.org/Les-niches-fiscales-sont-par-definition-des-impots,12104.html