25/10/2017

UN SIMPLE PROF…

salle de classe 1.jpg

J’enseigne depuis 20 ans. Récemment, profitant que j’écrivais au tableau, un de mes élèves a asséné un coup de règle particulièrement sonore sur la nuque d’un de ses camarades pour le motif (futile) qu’il aurait griffonné son dessin. Sanction immédiate : expulsion du cours. Las, celui-ci a quitté l’établissement en fin de journée avant que je puisse le sermonner vertement pour son comportement violent en classe. Je le retrouve, cependant, à la gare où je le réprimande brièvement, insistant sur le caractère intolérable de son geste et le menaçant d’un conseil de discipline en cas de récidive. Réaction virulente des parents qui ne contestent pas l’expulsion (d’autant qu’il n’y a pas eu d’autres sanctions) mais la remontrance adressée à leur fils à la gare. Selon eux, je n’avais pas le droit d’houspiller ce dernier en dehors de l’enceinte scolaire car je ne suis pas « son père, ni son oncle ou un policier mais un simple prof… »

23/02/2012

LE RACISME À L’ÉCOLE : UN TABOU, UN DÉNI… UN ÉCHEC ?

L’école n’est pas un sanctuaire coupé du reste de la société. [1] Elle est, au contraire, au cœur de cette dernière, donc perméable à toutes ses influences, même les plus pernicieuses. Ainsi assiste-t-on ces dernières années à une libération de la parole extrémiste, une banalisation même. C’est une parole minoritaire mais particulièrement active qui tend à s’imposer à une majorité trop souvent silencieuse, parfois même résignée. Ce phénomène touche tous les publics (élèves, apprentis ou adultes en formation) et concerne tous les niveaux d’études, du CAP à l’université. Enfin, il n’a pas un seul et unique visage car il y a différentes formes d’expression du racisme ce qui rend le combat plus difficile.

 

L’accusation de racisme comme paravent de son propre racisme,

c’est l’argument classique des islamistes comme de l’extrême droite…

(David Fontaine, Le Canard enchaîné n°4617 du 22 avril 2009)

 

racisme,école,xénophobie,éducation nationale,tabou,déni,échec,extrême droitePlus qu’une idéologie, le racisme est une œuvre de déshumanisation, une négation de l’Homme, qui germe trop souvent dans le terreau familial. Là encore, toutes les classes sociales sont concernées et représentées : depuis les ouvriers et employés des banlieues populaires, aux notables réactionnaires des quartiers huppés en passant par les campagnes où il n’y a pas d’immigrés... Aux ghettos urbains répondent, en effet, les ghettos ruraux, tout aussi cloisonnés et repliés sur eux-mêmes. Il est également possible d’incriminer le prisme déformant de la télévision, unique source d’informations pour une large majorité des Français. Or, comment réagissent-ils face à des images d’émeutiers encapuchonnées qui vomissent leur haine et saccagent délibérément leur environnement ? Cette poignée d’excités devant la caméra est-elle représentative des milliers d’habitants des cités dont ils pourrissent la vie ? Evidemment non mais cette violence à l’écran booste l’audimat et conforte les préjugés qui amènent le téléspectateur lambda à des commentaires extrêmes du genre « Ils se croient tout permis, ils ont tout et nous rien ! » ou « S’ils ne sont pas contents, ils n’ont qu’à retourner dans leur pays ! », omettant délibérément que la France est le pays de ces jeunes gens, même désœuvrés et désocialisés. [2] Il y a donc cet autre que soi, celui à qui l’on dénie sa nationalité car on ne le connaît pas et parce qu’il est différent. En outre, il suffit d’une altercation pour jeter l’anathème sur toute une communauté, redonner vie à des préconceptions et susciter une crainte plus ou moins diffuse. D’ailleurs, l’actualité médiatique nourrit abondamment le discours des déclinologues qui ressassent sans ambages que « La France n’est plus ce qu’elle était », que « La France est une poubelle ». Etranges allégations désormais dans la bouche de jeunes Français aux noms de famille aux consonances étrangères et dont les aïeux ont subi les lazzis et le mépris des Français d’une époque pas si lointaine. [3] Comment ces fils de ritals, de polaks ou d’espingouins peuvent-ils alors adhérer à l’inqualifiable ? Victimes hier, bourreaux aujourd’hui ? La France a-t-elle donc à ce point failli ou est-ce là le signe d’une intégration réussie ? Il n’en demeure pas moins qu’usant de stéréotypes et autres arguties, ceux-ci réfutent la richesse de la diversité et appellent de leurs vœux une société d’ordre, une société uniforme et aseptisée. [4] Niant que la France a toujours été une terre d’accueil et ce, depuis des temps immémoriaux, ils clament que notre pays a besoin d’être revivifié, régénéré, pour ne pas dire purifié… [5]

 

Le racisme, l'antisémitisme

ne sont pas des opinions comme les autres :

ce sont des opinions qui tuent.

(François Hollande, 13 février 2012)

 

Le racisme n’est pas une opinion mais un délit aux yeux de la loi. Pourtant, force est de constater la réaction atténuée, voire inexistante de l’institution scolaire face à une réalité minorée ou carrément ignorée ! Ainsi, confrontée au fléau de la drogue, celle-ci fait généralement appel aux autorités policières compétentes mais face à ce mal qu’est le racisme, elle lave son linge sale en famille : quelques heures de retenue accompagnées d’un travail ad hoc censé évacuer le problème, éventuellement un avertissement, parfois un conseil de discipline, rarement une saisie de la justice. Face à ce déni reste une évidence : les manifestations du racisme à l’école mettent aujourd’hui en question, au défi et en difficulté le travail d’enseignement et d’éducation à la citoyenneté. Or, l’épreuve des faits montre qu’il n’y a pas de réponse unique pour combattre cette hydre, ni solution miracle pour la terrasser. Néanmoins, le pire est de ne rien faire car cela revient à cautionner l’innommable (qui ne dit mot consent) et à considérer que l’école a échoué dans son rôle d’ouverture culturelle et de connaissance de l’altérité. Par conséquent, mieux vaut agir, même maladroitement, que rester inactif !

 

L’ennui dans ce monde,

c’est que les idiots sont sûrs d’eux

et les gens sensés pleins de doutes.

(Bertrand Russel)

 

racisme,école,xénophobie,éducation nationale,tabou,déni,échec,extrême droitePour lutter contre cette gangrène, les enseignants usent de leur arme première : le savoir, et, par la parole, tentent d’amener à la raison des esprits obtus, les informant sur le droit ou soulignant les contradictions de leurs convictions (instiller le doute est déjà une victoire). Ils travaillent sur le thème du racisme en classe, par le biais d’expositions par exemple, parfois à partir de la conception du racisme des élèves ; les éventuelles dégradations des œuvres exposées sont un indicateur de l’ampleur du mal. Ils font également œuvre de mémoire, en commémorant, par exemple, la Shoah, ou en faisant appel à des associations telles la LICRA, SOS Racisme ou la CIMADE. Las, il faut parfois reconnaître l’inanité de ces efforts lorsque les préjugés sont fortement enracinés ou s’ils sont l’expression d’une souffrance sociale et instrumentalisés à ce titre. Au quotidien, les enseignants sont aussi désarmés face à un racisme diffus, qui s’exprime par la tenue vestimentaire. Ainsi, que faire face à un élève aux sous-entendus douteux, à l’attitude équivoque mais assez malin pour ne pas franchir les limites posées par l’institution, mieux capable d’apporter à celle-ci ce qu’elle veut entendre ou lire ? Il y a, enfin, le renoncement ou l’impuissance de certains agents à juguler de telles manifestations par crainte de représailles, en l’absence de soutien de leur hiérarchie, en raison d’accointances inavouées ou par indifférence. Pis, ces fonctionnaires sont confrontés à une contradiction majeure entre cette mission de citoyenneté confiée par la Nation et la pratique politique au sein de cette même Nation qui s’est traduite par des discours et des politiques publiques en opposition avec cette mission ; la création d’un ministère de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité nationale en 2007 a été la parfaite illustration de ce paradoxe schizophrène. [6] Néanmoins, le combat doit se poursuivre car nous construisons au quotidien l’avenir de nos enfants, une mission sacrée, même si celui-ci leur appartient en vérité.  

racisme,école,xénophobie,éducation nationale,tabou,déni,échec,extrême droite,fn,front national

Source : Carrefour éducation.



[1] Laurent Opsomer, « Faut-il isoler l’école de la société ? » in Dans le secret des faits – Philippe Madelin, 26 novembre 2009.

http://phmadelin.wordpress.com/2009/11/26/faut-il-isoler-lecole-de-la-societe/

 

[2] Il y a de la part de nos compatriotes une forte propension à généraliser : un Français est forcément blanc et un étranger basané… Ils oublient sciemment que la France a de tous temps était un pays d’immigration. La population française d’aujourd’hui est plus ensoleillée que celle du passé. Par conséquent, ces jeunes que l’on stigmatise volontiers sont aussi Français que vous et moi. Que vous le vouliez ou non, la France est leur pays comme le vôtre et nous partageons un destin commun.

 

[3] « L’autre – étymologie des insultes » in Le Forum des Babéliens, 3 décembre 2004.

http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=102

 

« Aigues-Mortes, août 1893 été meurtrier » in L’Humanité, 10 janvier 2011.

http://www.humanite.fr/09_01_2011-aigues-mortes-ao%C3%BBt-1893%E2%80%89-%C3%A9t%C3%A9-meurtrier-461874

 

« Le massacre d’immigrés italiens à Aigues-Mortes le 19 août 1893 » in Bellaciao, samedi 20 août 2005.

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=17996

 

[4] Bruno Jeudy, « Roms : deux Français sur trois approuvent le gouvernement » in Le Figaro, 26 août 2010.

http://www.lefigaro.fr/politique/2010/08/26/01002-20100826ARTFIG00567-roms-deux-francais-sur-trois-approuvent-le-gouvernement.php

 

[5] Laurent Opsomer, « Au nom de quelle idéologie… » in Double Neuf, 1er août 2011.

http://doubleneuf.nordblogs.com/archive/2011/08/01/au-nom-de-quelle-ideologie.html

 

Laurent Opsomer, « La terreur n’a pas de couleur » in Double Neuf, 15 décembre 2011.

http://doubleneuf.nordblogs.com/archive/2011/12/15/la-terreur-n-a-pas-de-couleur.html

 

[6] Thomas Vampouille, « L’Identité nationale : vie et mort d’un ministère contesté » in Le Figaro, 16 novembre 2010.

http://www.lefigaro.fr/politique/2010/11/15/01002-20101115ARTFIG00751-l-identite-nationale-vie-et-mort-d-un-ministere-conteste.php

17/12/2011

2000 € BRUTS, ET APRÈS ?

2 000 € bruts pour les professeurs débutants, annonce le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel. [1] Tant mieux pour eux parce qu’ils le valent bien ! Pour ma part, enseignant depuis maintenant une dizaine d’années (échelon 7), mon traitement brut s’élève à 2 291,99 €, soit, après déduction des prélèvements sociaux, 1 958,09 € par mois. Cependant, comme l’a annoncé le gouvernement le 19 avril dernier, mon salaire est « gelé » pour la deuxième année consécutive puisque la valeur du point d’indice salarial des fonctionnaires ne sera pas augmentée en 2012. Cela dit, il est peu probable que cette revalorisation en faveur des jeunes professeurs dynamise les candidatures car, hérésie de la profession, l’argent n’est pas le moteur des vocations. Il est, par conséquent, vraisemblable que cette mesure ne résoudra pas les difficultés croissantes de recrutement liées à la formation (moins de postes ouverts aux concours, un master hasardeux…) et au métier (une image dégradée, des missions dénaturées…). La pénurie ne fait donc que commencer et, simultanément, la précarité au sein du corps enseignant va s’aggraver en raison d’un recours accru à des vacataires corvéables à merci.



[1] « 2000 euros bruts pour les profs débutants » in Nousvousils, 25 novembre 2011.

http://www.vousnousils.fr/2011/11/25/2000-e-bruts-pour-les-profs-debutants-517226