12/06/2011

INTERDIT AUX NOMADES

Un coup de Roms !

 

« Nous avons vu trois wagons à bestiaux qui attendaient sur la voie. Les policiers français nous ont fait monter à bord. Ils ont fermé les portes. Après un long moment, le convoi s’est ébranlé. Nous ne savions rien de sa destination ? Nous avions seulement conscience que ce qui nous attendait était pire que ce que nous avions déjà subi. » En ce début de l’an 41, ce que la famille Gurême, française depuis cinq générations, paisible propriétaire d’un cinéma ambulant et d’un cirque, avait déjà « subi », c’était le camp de Darnétal.

Une ordonnance allemande d’octobre 40 avait décrété l’internement des Tsiganes dans des camps placés sous la responsabilité de la police française. Quels que soient leur origine et leur statut social, toutes les familles logées dans des caravanes ont alors été méthodiquement raflées. Mais ce n’était qu’un début. Entassés à 70 par wagon, après une interminable journée de voyage, les Gurême ont atterri sur l’autodrome de Linas-Montlhéry. Ce « camp d’internement de nomades » était l’un des trente et un mis en place entre 40 et 46 sur le territoire national pour y interner les 6 500 Tsiganes, romanichels, forains, clochards, tous estampillés « asociaux ».

Sous une pluie de crosses et de matraques, avec pour comité d’accueil une cinquantaine de flics et de pandores mais « pas un Allemand en vue », souligne au passage un des fils de la famille, Joseph, le narrateur, « héros » de cette glorieuse page d’Histoire de France, il leur faudra encore patienter jusqu’au lendemain matin pour un bout de pain dur arrosé d’orge grillée.

Dans les baraques, sur des lits superposés en bois, il n’y a que de la paille. « Et pas de couvertures, pas de table, pas de chaises, pas de système de chauffage non plus. » Le froid et la faim : le directeur du camp, patron du restaurant du coin qui sera décoré de la Légion d’honneur à la fin de la guerre, fait sur leur dos un trafic de tickets d’alimentation.

A l’époque, Raymond a 16 ans. Ce régime lui fait perdre 21 kilos en un an. Dans la soupe, « asticots et chenilles remontaient à la surface, se souvient-il. Au départ, nous les enlevions, mais après nous avions tellement faim que nous les mangions. Cela faisait de la viande. » Le gamin va tenter plusieurs évasions. Repris, il tâte de l’orphelinat, où une bonne sœur refuse de le nourrir : « Je ne vais pas priver "mes enfants" de nourriture alors que vous n’êtes pas en règle. »*

Raymond tire sa révérence, aide la Résistance, ce qui le conduit à la prison d’Angers puis à celle de Troyes, avant le travail forcé en Allemagne. Dans le camp disciplinaire de Heddernheim, à côté de Francfort, entre deux passages à tabac, le matricule 3619 verra des copains pendus pour avoir volé une boule de pain, et il sera laissé pour mort après les caresses d’un SS.

Nouvelle évasion. Retour dans la Résistance, et neuf longues années avant de retrouver la famille. Commencent les petits boulots, maraîcher, rempailleur. Malgré les tracasseries administratives, les contrôles de flics à répétition, quinze enfants et petits-enfants plus tard, la tribu survit. Mais « nous ne sommes jamais parvenus à remonter la pente, et cette déchéance sociale n’a été que l’un des nombreux traumatismes de l’internement qui a laissé des traces sur plusieurs générations (…). Notre citoyenneté reste soumise à des conditions qu’aucun autre Français n’a à subir ».

En 2009, soixante-dix ans après les faits, l’Etat français a généreusement attribué à Raymond une « carte d’interné politique ». Mais la préfecture a refusé récemment qu’une stèle soit installée à l’entrée du camp de Linas-Montlhéry.

Transmis au préfet Guéant, actuel sinistre de l’Intérieur…

Brigitte Rossigneux

 

Source : Le Canard enchaîné n°4727 du 1er juin 2011, rubrique « Docs en stock », page 6.  

brigitte rossigneux,raymond gurême,isabelle ligner,nomades,manouches,roms gitans,tsiganes,romanichels,jacqueline eustache-brinio,saint-gratien,linas-montlhéry

* Enfants de deuxième catégorie

Samir, un jeune Kosovar de 8 ans, habite depuis l’été dernier dans l’ancienne maison de retraite de la gendarmerie à Saint-Gratien (95). Ce bâtiment est occupé par des familles originaires du Kosovo ou de la Tchétchénie qui ont obtenu le statut de réfugié politique et ont été logées là par le ministère de l’Intérieur. En tout, 70 personnes, dont 29 enfants.

Visiblement, l’arrivée de ces familles n’a pas été du goût de la maire, Jacqueline Eustache-Brinio, également conseillère régionale UMP. Dans un premier temps, elle a refusé de les accueillir. Grâce à l’opposition communiste et à la fédération des parents d’élèves, et à la demande de l’inspection d’académie, Samir et ses 28 camarades ont pu être répartis dans les différentes écoles de la ville.

Mme le Maire ne s’est pas tenue pour battue. Elle refuse à ces enfants l’accès à la cantine, à l’étude et au centre de loisirs. Du coup, les mères ne peuvent pas poursuivre leur stage d’intégration, car elles sont obligées de venir chercher leurs gamins à la pause déjeuner. Quant aux enfants dont les parents sont sans ressources, le repas à la cantine représentait leur seule chance de manger correctement.

La chef de com’ de la mairie reste droite dans ses bottes : « La position de la municipalité est de ne pas ouvrir les services périscolaires à ces populations de passage. » Sympa !

L’institutrice de Samir a écrit à la mairie qu’elle ne supportait pas de « voir un enfant si jeune dépérir de jour en jour sans agir ». Et de joindre à son envoi un chèque de 137,46 euros correspondant aux frais de cantine. Proposition rejetée par la mairie. Sans états d’âme. Pas même « de passage ».

Jean-Yves Viollier

 

Source : Le Canard enchaîné n°4728 du 8 juin 2011, page 4.

11/06/2011

L’ENNEMI INTÉRIEUR

« L’ennemi intérieur » in Regarde à vue, 9 mars 2009.

http://regardeavue.com/l-ennemi-interieur/

« Un entretien de 40 mn avec Mathieu Rigouste qui vient de publier son livre : l’ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine. »

 

JBB, « Mathieu Rigouste : "Il existe des lieux et des moments où les bêtes traquées se croisent, s’arrêtent et se tournent vers le chasseur" » in Article XI, 10 octobre 2009.

http://www.article11.info/spip/Mathieu-Rigouste-Il-existe-des

 

Serge Uleski, « L'ennemi intérieur - Mathieu Rigouste et la sociologie », 11 septembre 2010.

http://sergeuleski.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/07/27/l-ennemi-interieur-mathieu-rigouste-et-la-sociologie21.html

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-ennemi-interieur-mathieu-79006 

Mathieu Rigouste,

10/06/2011

ENGAGEZ-VOUS, RENGAGEZ-VOUS…

La gendarmerie recrute ! Nul ne peut échapper aux publicités de la maréchaussée qui fleurissent actuellement dans les pages des quotidiens et magazines. Même la Toile succombe à ce matraquage médiatique [1] ! Il est vrai que « Le recrutement constitue toujours un enjeu majeur pour une institution, privée ou publique, auquel elle doit répondre par une stratégie à la hauteur de ses attentes, quantitatives et qualitatives. Ce défi est d’autant plus prégnant pour la gendarmerie au regard de sa dimension de force armée en charge principale de missions de sécurité. L’Institution dispose déjà d’atouts indéniables mais doit être plus offensive afin d’entretenir son attractivité » [2].

 

gendarmerie nationale,recrutement,rgpp,gendarme adjoint volontaire,gav,ads,jean faure,charles adeline,bertrand cavallier,sebastian roché,aymeri de montesquiou,philippe marini

Pour susciter les vocations, « un argumentaire [est] clairement structuré autour des notions de mérite, d’engagement, de disponibilité au service, notions étroitement liées au statut militaire. Cette position justifie une politique de ressources humaines traditionnellement favorable à l’ascension sociale et à l’épanouissement du personnel » [2]. Mieux, en sus de « la mise en œuvre annuelle de campagnes multimédias d’envergure, […] tous les acteurs de la chaînes de recrutement, et notamment les militaires des unités territoriales » sont mobilisés ; officiers et sous-officiers de gendarmerie (SOG) sont désormais sollicités simultanément comme agents recruteurs et VRP pour la promotion de la vidéosurveillance, pardon vidéoprotection [3].

 

Las ! Derrière les effets d’annonce, la réalité gendarmique est plus prosaïque, moins empathique. Conséquence de la RGPP (Révision générale des politiques publiques), la gendarmerie nationale recrute dorénavant davantage de contractuels à peine formés au statut précaire (gendarmes adjoints volontaires) que de sous-officiers (respectivement 7 000 et 2 500 pour 2011, auxquels s’ajoutent 2 500 réservistes). Car il faut bien mettre du bleu dans le paysage tout en dégraissant simultanément comme l’exige le gouvernement. Conséquence immédiate : les gendarmes adjoints volontaires (GAV), jeunes gens recrutés en CDD de 5 ans non renouvelable, ont en vérité peu d’espoirs de faire carrière au sein de l’Institution militaire à cause des milliers de suppressions de postes de sous-officiers. Comme le souligne le général Cavallier, « chaque année, les promotions de sous-officiers sont composés d’environ 40 % de candidats issus des gendarmes adjoints » [2]. Mais seuls 2 500 SOG seront recrutés en 2011, soit 1 000 postes pour… 14 500 GAV ; ce chiffre est un maximum puisque peuvent participer au concours interne de sous-officier de gendarmerie (SOG), non seulement les GAV mais aussi les Adjoints de sécurité (ADS) ayant un an de service au sein de la police nationale, les militaires des autres armées avec 4 ans de service ou les réservistes de la gendarmerie nationale. Pis, le nombre de postes de SOG diminue comme peau de chagrin. Jean Faure, sénateur UMP de l’Isère, note ainsi la poursuite de la diminution des effectifs en 2011 : « 957 ETPT (emplois équivalents temps plein travaillés) devraient être supprimés dans la gendarmerie nationale en 2011 en application de la règle de non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, prévue dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP) » [4]. Le parlementaire précise dans son avis que « La gendarmerie avait déjà connu une suppression de 965 emplois en 2008, de 1 246 en 2009 et de 1 303 ETPT en 2010 », soit quasiment la disparition de 4 500 postes ! [5] Les SOG sont les principales victimes de cette saignée, d’où leur colère [6]. Par conséquent, les perspectives professionnelles ne sont guère optimistes pour les GAV.

 

En dépit de cette évidence, les agents recruteurs sont, pourtant, fermement invités à présenter le recrutement des GAV « dans une logique gagnant-gagnant ». Dans ce but, la « perspective d’accès au métier de gendarme doit être mise en avant » et ils « doivent être plus offensifs dans la proposition faite aux jeunes gens de servir comme gendarme adjoint, en tenant un discours clair s’appuyant notamment sur l’atout de l’insertion professionnelle à l’issue du temps de GAV », avec cette injonction hiérarchique : « les gradés d’encadrement doivent prendre conscience de l’importance de leur rôle de formateur, voire de guide, inhérent à leur dimension de chef militaire, en se positionnant et en se comportant davantage comme tels »[2].

 

Finalement, comme les ADS de la police nationale, ces smicards corvéables à merci sont fortement incités en fin de contrat à s’orienter vers la sécurité privée (vigiles) ou à tenter le concours d’agent de police municipale car, à la différence des SOG, les GAV ne peuvent prétendre au détachement. Quid alors de l’ascenseur social ? Un leurre ?

 

 

[1] Charles Adeline, « Les réseaux sociaux un nouveau terrain de chasse » in Revue de la Gendarmerie Nationale n°238 du 1er trimestre 2011.

 

Sirpa Gendarmerie, La gendarmerie recrute aussi sur Facebook, 9 mai 2011.

http://www.defense.gouv.fr/gendarmerie/a-la-une/la-gendarmerie-recrute-aussi-sur-facebook

http://www.facebook.com/gendarmerienationale

 

[2] Général Bertrand Cavallier, « Recruter : une priorité stratégique et un défi permanent pour la gendarmerie » in Revue de la Gendarmerie Nationale n°238 du 1er trimestre 2011.

 

[3] La « vidéoprotection » remplace la « vidéosurveillance » (première ligne de l'article 17 de la Loppsi 2). Or, l’éditorial de La Lettre d’information des professionnels de la sécurité, police du 26 juillet 2008, réalisé par Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS et enseignant, précisait, pourtant, que «Parler de vidéoprotection constitue une erreur : cela revient à confondre les objectifs (protéger) et les moyens (capture d'images à distance et transmission à un PC ou exploitation a posteriori). Le titre cherche à légitimer une technologie en la rebaptisant : protection est connoté positivement et surveillance... négativement. Or, la technique permet bien de surveiller. Permet-elle de protéger ?». Il précise, en outre, que « s’il n'y a pas d'études sur l'efficacité de la vidéo en France, c'est parce que les pouvoirs publics dont l'Inhes (Institut national des hautes études de sécurité) n'ont pas souhaité en financer ». En résumé, circulez ! Il n’y a rien à voir !

http://www.metier-securite.fr/TPL_CODE/TPL_NWL_ART_FICHE/PAR_TPL_IDENTIFIANT/19171/121-lettre-surete-police.htm

 

[4] Jean Faure, sénateur UMP de l’Isère (Rhône-Alpes), Avis n°112 présenté le 18 novembre 2010 au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées sur le projet de loi de finances pour 2011, Tome IX, Sécurité Gendarmerie nationale, Sénat.

http://www.senat.fr/rap/a10-112-9/a10-112-97.html

 

[5] Ces suppressions sont bien supérieures aux prévisions initiales. En 2009, Aymeri de Montesquiou, sénateur RDSE du Gers (Midi-Pyrénées), observait que « Comme le programme "Police nationale", le programme "Gendarmerie nationale" connaît une baisse de ses effectifs en 2010, avec la disparition de 1.354 ETPT. […] L’effort de réduction des effectifs concerne essentiellement les sous-officiers, dont les effectifs passent de 76.368 ETPT en 2009 à 74.505 ETPT en 2010 (- 1.863 ETPT). […] Cette baisse s’inscrit dans une programmation triennale portant sur la période 2009-2011 et prévoyant, à son terme, la suppression de 3.000 ETPT de gendarmes. » (Source : Rapport général n°101 fait au nom de la commission des finances  sur le projet de loi de finances pour 2010, adopté par l’Assemblée nationale, par Philippe Marini, Sénateur UMP de l’Oise, Rapporteur général, Tome III, Moyens des politiques publiques et dispositions spéciales (Seconde partie de la loi de finances), Annexe n° 28, Sécurité, Rapporteur spécial : Aymeri de Montesquiou, sénateur RDSE du Gers, Sénat, 19 novembre 2009).

 

[6] Forum Gendarmes en colère

http://gendarmes-en-colere.forum2discussion.net/t17197-les-effectifs-gendarmerie-pour-2010-plf2010