25/04/2015

PRIMAIRE SOCIALISTE : BIS REPETITA PLACENT ?

 primaire PS 2011.jpg

« La primaire ouverte de 2011 a permis à la gauche de sortir des querelles de leadership dans lesquelles elle était enferrée depuis le retrait de Lionel Jospin de la vie politique le 21 avril 2002 », constate Terra Nova dans une étude à ce propos.¹ Ce fut un indéniable succès démocratique puisque près de trois millions de citoyens y participèrent à l’époque, désamorçant par la même occasion la « machine à perdre » socialiste.  « La primaire a par ailleurs fonctionné comme un formidable accélérateur dans la carrière de ceux qui n’étaient encore que des outsiders de la vie politique nationale », note la fondation progressiste. Manuel Valls y avait recueilli moins de 6 % des voix, ses propositions n’ayant pas rencontré d'échos… si ce n'est à droite !² Or, n’est-il pas Premier ministre aujourd’hui ? En outre, au vu du tripartisme de la vie politique française, du fait de la montée en puissance du Front national de Marine Le Pen, s’impose désormais l’idée d’une primaire de coalition, depuis le Front de gauche aux écologistes. Selon Terra Nova, cette dernière a deux vertus cardinales : d’abord, l’unification des partis de gauche afin d’éloigner le spectre de l’élimination au premier tour de 2002, ensuite, la mobilisation du « peuple de gauche » autour d’un candidat unique. Cependant, cette formidable expérience démocratique pose la question du président sortant : « s’il voulait être candidat à sa succession en 2017, François Hollande devrait-il et pourrait-il passer par une nouvelle consultation des sympathisants de gauche dans le cadre d’une élection primaire ? » Si les statuts actuels du Parti socialiste valident le principe de la désignation du candidat à l’élection présidentielle par une primaire citoyenne (article 5.3.1), ceux-ci pourraient être modifiés lors du prochain Congrès national en juin prochain ; une telle perspective serait, bien évidemment, une aberration au moment où l’UMP s’apprête à organiser sa primaire.³ Pour contourner la difficulté, le think tank socialiste propose de modifier l’organisation et le mode de scrutin de la primaire ouverte, suggérant, par exemple, de substituer le scrutin majoritaire à deux tours par la méthode du « jugement majoritaire » à un tour où l’on ne choisit plus un candidat... mais on note les candidats. Finalement, pourquoi faire simple lorsqu’on peut faire compliqué ?

 

¹ Alain Bergounioux, Anne-Lorraine Bujon, Michel Balinski, Rida Laraki et Thierry Pech, « Primaires : et si c’était à refaire ? » in Terra Nova, 25 avril 2015)

http://www.tnova.fr/note/primaires-et-si-c-tait-refaire

 

² Nicolas Barotte, « Primaire PS : déception pour Manuel Valls » in Le Figaro, 9 octobre 2011.

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/10/09/01002-2011100...

 

³ « Hollande approuverait les primaires PS pour 2017 » in Le Figaro avec Reuters, 20 novembre 2014.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/11/20/97001-201411...

 

Nicolas Chapuis, « La perspective d’une primaire socialiste pour 2017 s’éloigne » in Le Monde, 25 avril 2015.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/04/25/la-per...

Écrire un commentaire