18/11/2012

MANUEL VALLS, LE CONNÉTABLE DE FRANCE

manuel valls,françois hollande,terrorisme,droite,ump,assemblée nationale,polémique,bourde,bévue,ministre de l'intérieur,provocation,erreur

« Valls qui accuse la droite d’être responsable du retour du terrorisme, c’est… » [1] :

 

□ la porte !

□ sa première grosse bourde.

□ une erreur, mais il l’a reconnue.

□ une polémiquette.

□ bien envoyé !

□ le cadet de mes soucis.

■ habile !

 

manuel valls,françois hollande,terrorisme,droite,ump,assemblée nationale,polémique,bourde,bévue,ministre de l'intérieur,provocation,erreurCette incartade relève, en réalité, davantage du dérapage prémédité que de la bévue improvisée.

Le ministre de l’Intérieur a, en effet, besoin de redorer son blason à gauche – sans pour autant se renier – et faire oublier par la même occasion les éloges des caciques de l’UMP à son égard, afin de recentrer son image après avoir dérivé durant des années sur la droite du PS et au-delà.

Mieux, en suscitant la fureur de l’UMP, il manœuvre adroitement pour protéger le président de la République en détournant une partie du flot médiatique au moment où les feux de la presse sont braqués sur François Hollande, qui doit justifier le même jour son revirement (reniement ?) politique lors d’un grand oral télévisé, un exercice éminemment risqué pour n’importe quel politicien. Pour l’actuel locataire de l’Élysée, cette querelle est un artifice délibéré qui lui permet de conforter à peu de frais sa stature de chef de l’État. [2]

La conférence présidentielle ayant été unanimement saluée par la presse, Manuel Valls a clos la polémique en exprimant ses regrets – et non ses excuses. [3]

 

manuel valls,françois hollande,terrorisme,droite,ump,assemblée nationale,polémique,bourde,bévue,ministre de l'intérieur,provocation,erreurFidèle féal, il protège avec célérité le président de la République. Il le préserve des menaces extérieures et intérieures… au risque de l’isoler de sa propre majorité et de le confiner dans un autisme politique ; l’enfer est souvent pavé de bonnes intentions.

Son ambition est toujours démesurée mais Manuel Valls sait que sa réussite dépend de la bonne fortune de son suzerain. Son destin est désormais lié au sien. Si l’Élysée lui est interdit, Matignon lui siérait bien ! Pas tout de suite évidemment, ni frontalement. [4] L’heure n’est pas à la précipitation, ni aux prétentions, d’autant que le ministre de l’Intérieur doit consolider sa position. S’appuyant sur son fief de l’Essonne, il doit trouver des alliés afin de museler, du moins neutraliser toute opposition à son ascension ; la « bande des quatre » est une parfaite illustration de cette farouche volonté. [5]

 

manuel valls,françois hollande,terrorisme,droite,ump,assemblée nationale,polémique,bourde,bévue,ministre de l'intérieur,provocation,erreurEn dépit de sa popularité, le connétable de France est, cependant, confronté à un triple problème.

Il est toujours perçu comme le fils spirituel [6], d’autant qu’il y a une continuité avec les précédents gouvernements, depuis Nicolas Sarkozy à Claude Guéant, simplement parce les hommes mis en place par le pouvoir précédent sont toujours en place ! En effet, craignant d'être accusé d'une chasse aux sorcières, le gouvernement Ayrault n'a pas touché à l'organigramme de l'institution policière hormis quelques cas symboliques car trop compromis avec le système sarkozyste. [7] Les hommes étant les mêmes, comment changer le système, comment l'améliorer, comment lui donner une autre orientation ?

Ensuite, Alain Bauer, conseiller sécurité de Nicolas Sarkozy, a toujours l'oreille de Manuel Valls, son ami de 30 ans dont il est le parrain de l'un de ses enfants. [8]

Enfin, le ministre de l’Intérieur excelle dans la communication politique, son véritable domaine de prédilection. Force est de reconnaître qu'il a parfaitement maîtrisé la communication du candidat François Hollande. La communication, c'est sa force car c'est un véritable animal politique... comme Nicolas Sarkozy. D'ailleurs, aujourd'hui, on ne lui demande pas d'assurer mais de rassurer.

 



[1] « Valls qui accuse la droite d’être responsable du retour du terrorisme, c’est… » in L’Express.fr, 14 novembre 2012.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/valls-qui-accuse-la-droite-d-etre-responsable-du-retour-du-terrorisme-c-est_1187158.html

 

[2] Delphine Legouté, « Quand François Hollande rappelle à l’ordre Manuel Valls » in Le Lab d’Europe 1, 13 novembre 2012.

http://lelab.europe1.fr/t/quand-francois-hollande-rappelle-a-l-ordre-manuel-valls-5881

 

Sophie Huet, « Terrorisme : Hollande rappelle Valls à l’ordre » in Le Figaro, 13 novembre 2012.

http://www.lefigaro.fr/politique/2012/11/13/01002-20121113ARTFIG00522-manuel-valls-provoque-la-colere-des-deputes-de-droite.php

 

[3] « Manuel Valls regrette ses propos sur la droite et le terrorisme » in Le Monde avec AFP, 14 novembre 2012.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/11/14/manuel-valls-regrette-ses-propos-sur-la-droite-et-le-terrorisme_1790097_823448.html

 

[4] Grégoire Biseau et Lilian Alemagna, « Ayrault défend son poste » in Libération, 27 septembre 2012.

http://www.liberation.fr/politiques/2012/09/27/ayrault-defend-son-poste_849447

 

[5] Grégoire Biseau, « La "bande des quatre" : six facettes et petits calculs » in Libération, 27 septembre 2012.

http://www.liberation.fr/politiques/2012/09/27/la-bande-des-quatre-six-facettes-et-petits-calculs_849439

 

Charlotte Chaffanjon, « PS – Ce qui se cache derrière "la bande des quatre" » in Le Point, 27 octobre 2012.

http://www.lepoint.fr/politique/ps-ce-qui-se-cache-derriere-la-bande-des-quatre-27-10-2012-1521830_20.php

 

[6] Laurent Opsomer, « Place Beauvau : le fils spirituel » in Double Neuf, 20 mai 2012.

https://doubleneuf.nordblogs.com/archive/2012/05/20/place...

 

Sebastian Roché, « La comparaison Valls Sarkozy. Quelle pertinence ? » in Sebastian Roché, 9 novembre 2012.

http://sebastianroche.blog.fr/2012/11/09/la-comparaison-v...

 

[7] Laurent Borredon, « Le gouvernement tente de reprendre le ministère de l’Intérieur en douceur » in Vu de l’intérieur, 8 octobre 2012.

http://delinquance.blog.lemonde.fr/2012/10/08/le-gouvernement-tente-de-reprendre-le-ministere-de-linterieur-en-douceur/

 

[8] Nathalie Segaunes, « Le sarkoboy qui chuchote à l’oreille de Valls » in Le Parisien, 19 octobre 2012.

http://www.leparisien.fr/politique/le-sarkoboy-qui-chuchote-a-l-oreille-de-valls-19-10-2012-2247235.php

 

Alexandre Devecchio, « Alain Bauer : "Manuel Valls ne doit pas craindre de devenir la bête noire d’une certaine gauche" » in Atlantico.fr, 28 juin 2012.

http://www.atlantico.fr/decryptage/manuel-valls-doit-pas-craindre-devenir-bete-noire-certaine-gauche-alain-bauer-403173.html