25/04/2015

PRIMAIRES À GAUCHE ?

François Hollande, PS, parti socialiste, primaire citoyenne, primaire

« François Hollande est le candidat naturel de la gauche », d’après François Lamy, député socialiste de l’Essonne.¹ Proche de Martine Aubry, cet ancien ministre de la Ville sous le gouvernement Ayrault s’oppose à l’organisation de primaires à gauche en prévision de 2017. Un positionnement en échange d’un nouveau maroquin ? Néanmoins, n’est-il pas étrange pour un élu socialiste de refuser de donner la parole aux sympathisants de base, les mêmes qui avaient porté aux nues François Hollande en 2011 ? Ce dernier aurait-il aujourd’hui quelque chose à se reprocher pour se défier ainsi de ses électeurs ? Le Parti socialiste n’est pourtant pas un parti bonapartiste et il ne partage pas non plus le culte du chef à l’instar du Front national. Dès lors, où est la cohérence ? Pourquoi la gauche n’aurait-elle pas demain le choix de son candidat alors que la droite adopte à son tour cet exercice démocratique que sont les primaires ?

 

¹ Jim Jarrassé, « François Lamy : "François Hollande est le candidat naturel de la gauche" » in Le Figaro, 3 avril 2015.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/0...

09/03/2015

DILEMME SHAKESPEARIEN

 élections départementales 2015,abstention,fn,front national,front de gauche,umps,eelv,écologie,ps,parti socialiste,ump,union pour un mouvement populaire,udi,union des démocrates et independants,compétences,département

Le conseiller général est souvent un illustre inconnu dans son canton. Pourtant, même si de nombreux électeurs l’ignorent, le département joue un rôle majeur dans leur quotidien : l’aide sociale, c’est lui avec le RSA par exemple, tout comme l’enfance (PMI), les personnes âgées (APA) ou handicapées (PCH), les sapeurs-pompiers (SDIS), les collèges, les transports scolaires, etc. Les prochaines élections sont donc importantes. Hélas, à force de trahir leurs promesses électorales une fois élus, les partis de gouvernement se sont discrédités et suscitent aujourd’hui une profonde défiance populaire. Le fameux « UMPS » dénoncé par le Front national n’aura pas ma voix aux prochaines élections. Cependant, je rejette aussi l’actuel national-socialisme du FN (après le libéralisme réactionnaire du père), un parti aux relents antisémites, homophobes et xénophobes (certains apprécient ce fumet rance, pas moi), qui se révèle pire que ceux qu’il dénonce ! Or, ne pas voter revient à favoriser implicitement ce dernier, qui profite toujours de l’abstention pour se renforcer au risque de s’imposer. Quid alors des autres partis ? Les écologistes ? Des opportunistes prêts à sacrifier leurs idéaux pour un maroquin au gouvernement. D’ailleurs, sans les socialistes, ils n’existent pas. Les centristes ? Ce sont les alter-ego des écolos à droite : voter UDI revient à voter UMP. Le Front de gauche ? C’est en théorie le parti des travailleurs mais ce n’est pas Syriza, loin de là ! Bref, au vu des enjeux, j’irai voter les 22 et 29 mars prochains, mais j’ignore encore pour qui car le choix est cornélien.

06/02/2015

DOUBS : UN AVERTISSEMENT ?

fn,ump,doubs,élection législative partielle,ps,front national« Sévère avertissement pour l’UMP », titre Le Figaro suite à l’élection législative partielle dans le Doubs où la candidate du Front national est - sans surprise - arrivée en tête, suivie du concurrent socialiste au grand dam de la droite surprise d’être éliminée. Cette consultation, comme tous les scrutins intermédiaires, est marquée par une forte abstention. Elle révèle, cependant, qu’une frange de la droite, radicalisée, est aujourd’hui prête à se jeter dans les bras de l’extrême droite, d’où un FN prédit à 30 % par les sondages au premier tour de la prochaine élection présidentielle en 2017 mais, heureusement, battu au deuxième par n’importe quel candidat de gauche comme de droite.