16/08/2011

GENS DU VOYAGE : LA DIFFICILE COHABITATION EN PLEIN ÉTÉ

« Gens du voyage : la difficile cohabitation en plein été », titre l’Indépendant (22/07). Selon le quotidien méridional, « L’arrivée massive de caravanes de gens du voyage dans les stations balnéaires en pleine saison estivale pose problème » [1], d’autant « que près de 200 caravanes des gens du voyage sont installées illégalement sur un terrain classé Natura 2000 à quelques encablures à peine du golf de Saint-Cyprien. Si elles passent inaperçues pour la plupart des estivants, les riverains des alentours n’en peuvent plus. » Un problème récurrent puisque « les caravanes sont de retour tous les étés ». Ce fait divers rappelle le discours d’un ancien ministre de l’Intérieur qui, le 14 janvier 2003, à l’occasion du débat du projet de loi pour la sécurité intérieure à l’Assemblée nationale [2], annonçait « des mesures contre la minorité des gens du voyage qui s’installent de force sur des propriétés privées ou communales sans respecter aucune des règles de la vie en société ». Nicolas Sarkozy proposait à l’époque « de créer un nouveau délit afin de donner un cadre juridique permettant à la police et à la gendarmerie d’intervenir immédiatement, et si nécessaire de suspendre le permis de conduire et de saisir les véhicules » [3], assurant avec humour ou hypocrisie (au choix), que « Loin de porter atteinte aux droits des gens du voyage, ce texte les conforte car il est de nature à accélérer la mise en place d’aires d’accueil dans les communes. En effet, ce nouveau délit […] ne protège que les territoires communaux dont les communes ont effectivement respecté leurs obligations vis-à-vis de la loi Besson. En d’autres termes, celles qui n’auront pas créé d’aires d’accueil alors qu’elles y étaient tenues ne pourront pas invoquer leur propre manquement ». Cependant, rien n’interdit aux localités concernées de réaliser des structures sous-dimensionnées par rapport aux besoins réels, sous-équipées et surtout excentrées pour éloigner ou décourager des populations jugées indésirables et régulièrement stigmatisées (discours de Grenoble de juillet 2010, par exemple), sans oublier les édiles pratiquant délibérément - et souvent impunément - une politique discriminatoire, qui frappe indistinctement adultes et enfants [4]. Depuis 2003, d’autres textes de loi, dont la LOPPSI 2, ont renforcé l’arsenal répressif mais dans les faits, le problème reste entier…



[1] E.D., « Gens du voyage : la difficile cohabitation en plein été » in L’indépendant n°202, 22 juillet 2011, page 4.

 

[3] Des propositions dont l’implacable logique force l’admiration puisque la suspension du permis de conduire et la saisie des véhicules aboutissent… à l’immobilisation forcée des personnes que l’on souhaite expulser, qui sont dès lors contraintes de rester sur place.

 

[4] Claude-Marie Vadrot, « Gien, Loiret : protestations aux relents racistes des élus contre une réunion Tziganes en août » in Toujours plus, 25 juillet 2011.

http://pol-prod2.resaction.com/Gien-protestations-aux-rel...

 

« Interdit aux nomades » in Double Neuf, 12 juin 2011.

https://doubleneuf.nordblogs.com/archive/2011/06/11/interdit-aux-nomades.html

 

01/08/2011

AU NOM DE QUELLE IDÉOLOGIE…

terrorisme,extrême droite,nicolas sarkozy,fn,ump

« Au nom de quelle idéologie peut-on ignorer le sort des victimes pour ne s’intéresser, encore et toujours qu’aux délinquants, objets d’études, objets d’explication, objets d’excuse sociologique ou sociale et de compassion ? », s’offusquait en 2003 le ministre de l’Intérieur [1]. Pourquoi, en effet, s’interroger sur la personnalité d’Anders Behring Breivik, nouveau symbole du terrorisme d’extrême droite, alors que simultanément tout a été fait ces dernières années pour banaliser l’extrême droite, désormais pudiquement qualifiée de droite extrême, nationaliste ou populiste (populaire ?), au mieux d’ultra-droite ? Or, comme le rappelle le magazine Marianne, « Oui, l’extrême droite TUE » (n°745 du 30 juillet au 5 août 2011). En 2003, Nicolas Sarkozy affirmait que « Le premier risque est évident, il concerne le terrorisme ». Mais dans son discours, l’ennemi est invariablement et uniquement l’étranger, l’immigré ; aujourd’hui comme hier, il ne considère pas l’extrême droite comme un danger pour la sécurité mais un enjeu électoral, d’où sa perpétuelle fuite en avant [2]. Cependant, comme le remarque Patrick Apel-Muller, « Les discours de haine raciste enfièvrent aisément les esprits faibles qui rêvent de pouvoirs forts » (L’Humanité, 25/07). Ainsi, qui se souvient de l’attentat raté de Maxime Brunerie contre Jacques Chirac le 14 juillet 2002 ? Par conséquent, est-il inconcevable de craindre à l’avenir un Breivik français ? Au vu de certaines réactions anonymes ou politiques [3] suite à la tragédie norvégienne, c’est une hypothèse impossible à exclure, d’autant que « Le tueur [d’Oslo] était un habitué des forums d’ultradroite sur lesquels son crime est aujourd’hui analysé, justifié, voire appelé à se reproduire » [4]. Dès lors, il faut vraisemblablement rappeler à l’ancien ministre de l’Intérieur, désormais président de la République, sa conclusion d’alors : « La menace existe. Il serait irresponsable de ne pas en tenir compte »… ou de l’attiser.



[2] « Il s’agit, on le sait, de phagocyter les idées du FN en espérant "siphonner" ses électeurs. Mais cette tactique, si elle ramène quelques frontistes à l’UMP, lui fait perdre autant ou plus de modérés. Et elle a pour effet pervers de valoriser les idées en question aux yeux d’un électorat qui, par dépit ou par protestation, hésitait à voter pour le Front. Tout cela contribue bien sûr à accréditer l’idée selon laquelle, en revêtant des habits neufs et en refaisant les peintures, le FN version Marine Le Pen aurait changé de nature » (Erik Emptaz, « Les dégâts de la Marine » in Les dossiers du Canard enchaîné n°120 de juillet 2011).

 

[3] Samuel Laurent, « Attentats en Norvège : la "fachosphère" française entre colère et admiration » in lemonde.fr, 26 juillet 2011.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/26/oslo-la-fachosphere-francaise-entre-colere-et-fascination_1552852_823448.html

 

« Attentats d’Oslo : un membre du FN suspendu pour apologie de Breivik » in lemonde.fr avec AFP, 26 juillet 2011.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/26/attentats-d-oslo-le-mrap-porte-plainte-contre-un-candidat-fn_1553046_823448.html

 

Caroline Monnot, « Jean-Marie Le Pen juge la "naïveté" de la Norvège plus grave que la tuerie d’Oslo » in Le Monde, 31 juillet 2011.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/30/jean-marie-le-pen-juge-la-naivete-de-la-norvege-plus-grave-que-la-tuerie-d-oslo_1554429_823448.html

 

« Attentats d’Oslo : Marine Le Pen refuse de condamner les propos de son père » in lemonde.fr avec AFP, 31 juillet 2011.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/31/aubry-condamne-les-propos-de-jean-marie-le-pen-sur-oslo_1554642_823448.html

 

[4] Estelle Gross et Céline Lussato, « Plongée dans la fachosphère » in Le Nouvel Observateur n°2438 du 28 juillet au 3 août 2011.

IL A DÉTRUIT LA POLICE DE PROXIMITÉ

Samy Mouhoubi, « L'ex-M. "police de proximité" : "La prévention n'exclut pas la répression !" » in France Soir, 16 novembre 2010.

http://www.francesoir.fr/l-ex-m-police-proximite-prevention-n-exclut-pas-repression-61065.html

 

Corentin Chauvel, « Jean-Pierre Havrin : "La police ne peut pas rester l’ennemi de la population" » in 20 Minutes, 18 novembre 2010.

http://www.20minutes.fr/article/625189/societe-jean-pierre-havrin-la-police-peut-rester-ennemi-population

 

jean-pierre havrin,police de proximité,nicolas sarkozy,toulouse