01/04/2012

THINK TANKS : BOÎTES À IDÉES ET… POMPES À FRIC ?

think tank,ifrap,lobby,boîte à idées,bernard zimmern,françois fillon,ump,droite,ps,gauche,niche fiscale,fondation,don

think tank,ifrap,lobby,boîte à idées,bernard zimmern,françois fillon,ump,droite,ps,gauche,niche fiscale,fondation,don« Les think tanks sont transparents sur leur financement […]. Mais sont-ils si indépendants qu’ils le prétendent ? », s’interroge La Voix du Nord. [1] Il est, en effet, opportun de s’intéresser aux relations incestueuses entre ces derniers et nos gouvernants. [2] Prenons l’exemple de l’iFRAP (Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques), un organisme libéral officiellement indépendant puisque financé essentiellement par des dons de personnes physiques. [3] Or, celui-ci s’est vu reconnaître le statut de fondation d’utilité publique par décret du Premier ministre en date du 17 novembre 2009. Cette décision de François Fillon permet à ses généreux donateurs à la fois de bénéficier de réductions fiscales et de promouvoir leurs idées auprès du pouvoir. Ainsi, Bernard Zimmern, président d'honneur de l’iFRAP, considère diversement qu’il faut supprimer le statut des fonctionnaires ou que « Le social en particulier doit revenir à ses origines, la générosité privée. Car on ne fait pas la charité avec l’argent des autres mais avec le sien propre »[4], ignorant ainsi superbement les valeurs républicaines que résume notre devise nationale. Mais n’est-il pas déjà paradoxal pour une organisation dont le credo est la dénonciation du gaspillage public de devenir, en raison de son statut de fondation, une niche fiscale ? Or, « rappelons-le : les niches fiscales… ce sont, par définition, des impôts ! »[5]


[1] M. Del et D. D’Haenens, « Think Tanks : un financement qui pose question » in La Voix du Nord, samedi 31 mars 2012.

http://www.lavoixdunord.fr/Election-presidentielle-2012/2012/03/31/article_un-financement-qui-pose-question.shtml

 

[2] Matthieu Delcroix, « Think Tanks, les boîtes à idées des candidats à la présidentielle » in La Voix du Nord, samedi 31 mars 2012.

http://www.lavoixdunord.fr/Election-presidentielle-2012/2012/03/31/article_think-tanks-les-boites-a-idees-des-candi.shtml

 

« L’influence des think tanks » in Blog 75, mardi 17 janvier 2012.

http://monblog75.blogspot.fr/2012/01/billets-linfluence-des-think-tanks.html

 

[3] « Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques » in Wikipédia.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_fran%C3%A7ais_pour_la_recherche_sur_les_administrations_et_les_politiques_publiques

 

[4] Bernard Zimmern, « L’iFRAP reconnu fondation d’utilité publique » in iFRAP, 10 décembre 2009.

http://www.ifrap.org/L-iFRAP-reconnu-fondation-d-utilite-publique,11444.html

 

[5] Philippe François, « Les niches fiscales sont, par définition, des impôts » in iFRAP, 10 mai 2011.

http://www.ifrap.org/Les-niches-fiscales-sont-par-definition-des-impots,12104.html

29/01/2012

UN QUINQUENNAT À 500 MILLIARDS € LE VRAI BILAN DE SARKOZY

nicolas sarkozy,bilan,ump,élections présidentielles,2012,quinquennat,france,déficit,crise,droite,union pour un mouvement populairenicolas sarkozy,bilan,ump,élections présidentielles,2012,quinquennat,france,déficit,crise,droite,union pour un mouvement populairePatrick Bonazza, « 500 milliards envolés en cinq ans… » in Le Point, 14 janvier 2012.

http://www.lepoint.fr/economie/500-milliards-envoles-en-cinq-ans-14-01-2012-1419082_28.php

 

Emmanuel Lévy, « L’homme qui a coûté 500 milliards à la France » in Marianne, dimanche 15 janvier 2012.

http://www.marianne2.fr/L-homme-qui-a-coute-500-milliards-a-la-France_a214413.html

 

« Le casse du XXIe siècle » in Vingtras, 15 janvier 2012.

http://blogs.mediapart.fr/blog/vingtras/150112/le-casse-du-xxie-siecle

 

Cédric Mathiot, Guillaume Launay et Alain Brillon, « Dette : Royal surcharge le bilan de Sarkozy » in Désintox, 16 janvier 2012.

http://desintox.blogs.liberation.fr/blog/2012/01/dette-royal-surcharge-le-bilan-de-sarkozy.html

 

Marie-Christine Poncet, « "Un quinquennat à 500 milliards", les auteurs répondent aux questions des internautes » in Le Point, 20 janvier 2012.

http://www.lepoint.fr/debats/un-quinquennat-a-500-milliards-les-questions-des-internautes-aux-auteurs-20-01-2012-1421715_34.php

 

Jean Leymarie, « Dette publique : les raisons de la flambée » in France Info, vendredi 20 janvier 2012.

http://www.franceinfo.fr/economie/les-choix-de-france-info-matin/dette-publique-les-raisons-de-la-flambee-503759-2012-01-20

 

Claire Guélaud, « A lire : "Un quinquennat à 500 milliards", de Mélanie Delattre et Emmanuel Lévy » in Contes publics, 23 janvier 2012.

http://bercy.blog.lemonde.fr/2012/01/23/a-lire-un-quinquennat-a-500-milliards-de-melanie-delattre-et-emmanuel-levy/

nicolas sarkozy,bilan,ump,élections présidentielles,2012,quinquennat,france,déficit,crise,droite,union pour un mouvement populaire

25/09/2011

UNE RÉVOLUTION AU SÉNAT !

« Alors que la gauche a été majoritaire à l'Assemblée nationale à plusieurs reprises, elle a toujours été minoritaire au Sénat », constatait Christian Poncelet, président du Sénat, à l'occasion de la 5ème réunion de l'association des Sénats d'Europe à Prague en octobre 2003. [1] Or, la déroute de la majorité présidentielle aux dernières élections locales (municipales et cantonales en 2008, puis régionales en 2010) a eu, ce dimanche 25 septembre 2001, une conséquence inédite pour cette vénérable institution « instituée, en 1795, pour jouer un rôle modérateur, en réaction aux excès d'une assemblée unique qui avait fait régner la terreur » : la Haute Assemblée bascule à gauche ! [2]

 

François Mitterrand avait provoqué l’Alternance en 1981, puis initié la Décentralisation en 1982 et, enfin, testé la Cohabitation à deux reprises (d’abord avec Jacques Chirac de 1986 à 1988, puis avec Édouard Balladur entre 1993 et 1995), imité en la matière par son successeur, Jacques Chirac, qui inaugura la plus longue cohabitation, avec Lionel Jospin de 1997 à 2002. À l’occasion de ses deux mandatures, Jacques Chirac a instauré le Quinquennat et renforcé la Décentralisation en 2003. Aujourd’hui, Nicolas Sarkozy va involontairement inaugurer une nouvelle rupture politique : gouverner avec une Assemblée nationale ancrée à droite depuis 2002 et un Sénat désormais à gauche, une première dans l’histoire de la Ve République ! Ce revers est d’autant plus cuisant pour l’Élysée que le Palais du Luxembourg représente l’une des deux chambres composant le Parlement, cœur du pouvoir législatif jusqu’ici aux ordres de l’exécutif. Au soir de la défaite, le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, estime pourtant que ce séisme institutionnel n’est « pas une surprise » [3] Or, l’actuel président du Sénat, Gérard Larcher, n’affirmait-il pas encore son inébranlable confiance dix jours auparavant ? [4] De son côté, la ministre de la Formation professionnelle et déléguée générale aux élections de l'UMP, Nadine Morano, avait asséné que « l’enjeu des élections sénatoriales est capital : la victoire est un devoir !», avec cette précision : « gagner cette élection sera un signal positif en vue de l'échéance présidentielle. » [5]

 

Dès lors, est-ce « une répétition générale », comme le clame Harlem Désir, premier secrétaire du Parti socialiste par intérim, « avant la bataille de 2012 », le « premier acte de la reconquête pour la gauche » ? [6] Au-delà du cinglant désaveu politique [7] et de l’inévitable remaniement gouvernemental qui s’ensuivra [8], ce nouveau camouflet pour le président de la République doit, cependant, être tempéré. Comme le soulignait Christian Poncelet en 2003, « Naturellement, lorsque le Sénat se trouve dans l'opposition, sa fonction de contrôle se trouve revalorisée. Certes, cette fonction doit s'exercer de la même manière quelle que soit la couleur politique de la majorité de gouvernement. Mais son retentissement est plus grand lorsque le Sénat apparaît comme une instance de critique et de contre-proposition. »

 



[1] Intervention de M. Christian Poncelet à l'occasion de la 5ème réunion de l'association des Sénats d'Europe à Prague, lundi 6 et mardi 7 octobre 2003

http://www.senat.fr/senateurs/presidence-1998-2008/presidence/senats_europe_prague.html

 

[2] Laurent Opsomer, « Sénat : à gauche toute ! » in Le Parisien, 22 septembre 2008

http://www.leparisien.fr/les-sujets-qui-vous-passionnent/senat-a-gauche-toute-22-09-2008-245876.php

 

[3] « Sénat : pas une surprise (Copé) » in Le Figaro avec AFP, 25 septembre 2011.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/09/25/97001-20110925FILWWW00179-senat-pas-une-surprise-cope.php

 

[4] Guillaume Perrault, Albert Zennou et Jean-Baptiste Garat, « Larcher : "Nous conserverons la majorité au Sénat" » in Le Figaro, 15 septembre 2011.

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/09/15/01002-20110915ARTFIG00653-larcher-nous-conserverons-la-majorite-au-senat.php

 

[5] Albert Zennou, « Sénatoriales : pour Morano, la victoire est un devoir » in Le Figaro, 27 juillet 2011.

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/07/27/01002-20110727ARTFIG00551-senatoriales-pour-morano-la-victoire-est-un-devoir.php

 

[6] « Sénat : "une répétition générale" (Désir) » in Le Figaro avec AFP, 25 septembre 2011.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/09/25/97001-20110925FILWWW00187-senat-une-repetition-generale-desir.php

 

[7] Philippe Alfroy, « La perte du Sénat obscurcit l’horizon de Sarkozy pour 2012 » in Les Echos.fr avec AFP, 25 septembre 2011.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/infos-generales/france/afp_00382587-la-perte-du-senat-obscurcit-l-horizon-de-sarkozy-pour-2012-224060.php

 

[8] Jean-Louis Prevost et Vincent Drouin, « Un résultat très serré des sénatoriales entraînerait un remaniement » in Les Echos avec AFP, 21 septembre 2011.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/infos-generales/politique/afp_00381413-un-resultat-tres-serre-des-senatoriales-entrainerait-un-remaniement-222508.php