09/04/2012

DANGER DE SUBMERSION

vague,front de gauche,jean-luc mélenchon,union pour un mouvement populaire,ump,nicolas sarkozy,fn,front national,marine le pen,élections présidentielles,2012

vague,front de gauche,jean-luc mélenchon,union pour un mouvement populaire,ump,nicolas sarkozy,fn,front national,marine le pen,élections présidentielles,2012vague,front de gauche,jean-luc mélenchon,union pour un mouvement populaire,ump,nicolas sarkozy,fn,front national,marine le pen,élections présidentielles,2012La vague est à la mode ! L’Humanité Dimanche (05/04) affiche ainsi en première page « Front de gauche : la vague ! » tandis que Le Journal du Dimanche (08/04) titre en Une « Nicolas Sarkozy : "Je sens monter la vague" », sans oublier « La vague bleu marine » du Front national. Bref, tous l’annoncent mais personne ne sait s’ils seront portés ou submergés par celle-ci…

 

08/04/2012

L'APPEL DU PIED DE SARKOZY AUX ÉLECTEURS DU FN ET DU MODEM

élections présidentielles 2012 UMP Sarkozy Le dernier combat lepoint-cover.jpgEn meeting vendredi à Caen (Calvados), Nicolas Sarkozy a lancé un appel aux électeurs du Front national, dont il dit comprendre « la souffrance », ajoutant que« chaque vote FN profitera à la gauche » (sic)  [1], et à ceux du MoDem, leur demandant ce qu'ils ont « en commun avec Jean-Luc Mélenchon,avec ceux qui prônent la haine, le déficit, qui nient toutes les réalités de la vie ? » (re-sic). [2] Nicolas Sarkozy et François Bayrou se sont pourtant soigneusement évités à Caen. [3] Mais le fait que Nicolas Sarkozy ait appelé pour la première fois les électeurs de l’extrême droite et du centre au vote utile montre l’angoisse qui étreint la droite à l’approche du premier tour de la présidentielle. Cependant, outre le fait que ni Marine Le Pen, ni Français Bayrou ne sont propriétaires de leurs électeurs, une question s’impose en écho : qu’est-ce qu’un électeur centriste peut avoir en commun avec un électeur frontiste ? La réponse est simple : le rejet du président sortant, donc du candidat de l’UMP (Union pour un Mouvement Populaire), dont l’impopularité atteint des sommets en raison d’un bilan calamiteux (déficit abyssal, chômage exponentiel, népotisme avéré, inefficacité démontrée, stigmatisations multipliées, etc.). 

LE PARISIEN FN MODEM.jpg


[1] « Chaque vote FN profitera à la gauche » ? Cette mise en garde du président sortant, réitérée le lendemain à Saint-Raphaël dans le Var, est non seulement absurde mais à double tranchant. Suivant la logique du candidat UMP, il faudrait alors considérer que chaque voix au Front de gauche bénéficierait à la droite ! On admire la cohérence du raisonnement… même si le parti présidentiel flatte hypocritement Jean-Luc Mélenchon ces derniers temps, comme le soulignait Le Journal du Dimanche la semaine dernière*, avec l’espoir de pousser les électeurs centristes à se rapprocher du candidat de l’UMP. Par contre, il est certain que l’abstention favorise la droite puisque celle-ci concerne davantage un électorat jeune et populaire, ce qui pénalise invariablement la gauche, d’où la campagne de porte-à-porte lancée par le PS.

*Anne-Charlotte Dusseaulx, « Quand l’UMP flatte Mélenchon » in Le JDD, 2 avril 2012.

http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Jean-Luc-Melenchon-cajole-par-l-UMP-499516/

 

[2] « Sarkozy lance un appel aux électeurs de Le Pen et Bayrou » in Ouest-France, samedi 7 avril 2012.

http://presidentielle2012.ouest-france.fr/actualite/nicolas-sarkozy-lance-un-appel-aux-electeurs-du-fn-et-de-bayrou-07-04-2012-860

 

« Sarkozy met en garde contre le FN et raille les leçons de morale du PS » in Le Point avec AFP, 7 avril 2012.

http://www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/sarkozy-met-en-garde-contre-le-fn-et-raille-les-lecons-de-morale-du-ps-07-04-2012-1449375_324.php

 

[3] Frédéric Gerschel, « Chassé-croisé entre Sarkozy et Bayrou » in Le Parisien, 7 avril 2012.

http://www.leparisien.fr/election-presidentielle-2012/chasse-croise-entre-sarkozy-et-bayrou-07-04-2012-1944113.php

11/03/2012

LE FRONT NATIONAL : À LA CONQUÊTE DU POUVOIR ?

Alexandre Dézé et Cédric Moreau de Bellaing, « Le Front national n’a pas changé » in Le Monde, 2 mars 2012.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/03/02/le-front-national-n-a-pas-change_1650714_3232.html

 

Nicolas Lebourg, « Marine Le Pen est-elle anti-système ? » in L’Observateur du lepénisme, 1er mars 2012.

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-observateur-du-lepenisme/20120301.OBS2686/marine-le-pen-est-elle-anti-systeme.html

 

Alexandre Dézé, « La banalisation du FN, mirage sondagier » in Mediapart, 14 février 2012.

http://blogs.mediapart.fr/edition/sociologie-politique-des-elections/article/140212/les-sondages-et-le-front-national

 

Catherine Rougerie, « La vague Marine à la conquête de 2012 » in France2.fr, 17 janvier 2011.

http://info.france2.fr/politique/la-vague-marine-a-la-conquete-de-2012-66872008.html 

alexandre dézé,réalité,vérité,fn,extrême droite,front national,marine,jean-marie,le pen,pouvoir,élections

 

Alexandre Dézé, Le Front national : à la conquête du pouvoir ?, Armand Colin, février 2012.

http://www.armand-colin.com/livre/418092/le-front-national-a-la-conquete-du-pouvoir.php

Présentation

La conquête du pouvoir. Tel est bien l’objectif que s’est fixé Marine Le Pen depuis qu’elle a été élue à la présidence du Front national en janvier 2011. Pour y parvenir, la nouvelle leader frontiste a entrepris de «dédiaboliser» le FN, d’en faire un «parti comme les autres». Mais le Front national a-t-il vraiment changé et, surtout, peut-il changer ? 
Pour le déterminer, il faut étudier le FN avec les outils ordinaires de la recherche en science politique et s’intéresser à ses logiques de fonctionnement. Depuis sa création, l’organisation frontiste n’a jamais cessé d’osciller entre une logique électorale de participation au système politique et une logique doctrinale de rejet de ce système. Cet ouvrage démontre précisément, et c’est là son originalité, que cette dialectique est au fondement même de la dynamique politique frontiste et qu’on ne peut saisir l’évolution actuelle du parti sans en tenir compte. En partant de cette problématique et en déroulant le fil de l’histoire du parti, il s’agit donc de porter un autre regard sur le FN, de mieux apprécier ce qu’il peut avoir de nouveau depuis que Marine Le Pen en a pris la présidence et, in fine, de mettre au jour les ressorts et les limites endogènes de sa stratégie de conquête du pouvoir.

 

Alexandre Dézé est maître de conférences en science politique à l’Université Montpellier 1 et chercheur au Centre d’études politiques de l’Europe latine (CEPEL, UMR 5112).